Qui a tué Sara ? (Saison 2, 8 épisodes) : voyage en absurdie

Qui a tué Sara ? (Saison 2, 8 épisodes) : voyage en absurdie

Après une première saison surréaliste mais terriblement efficace, la série mexicaine de Netflix « Qui a tué Sara » est revenue pour huit nouveaux épisodes. Si vous aviez comme espoir de connaître le tueur ou la tueuse de Sara, vous vous trompez complètement. Comme durant la première saison, Qui a tué Sara nous embarque dans une série de révélations toutes plus rocambolesque les unes que les autres. Le fait que les invraisemblances se fassent de plus en plus nombreuses m’a souvent sorti du récit, là où c’était amusant dans la première saison. On retrouve donc Alex qui cherche à savoir qui a tué Sara sauf qu’à la fin de la saison 1, son frère Alex découvrait qu’elle n’était pas la gentille ado toute sage qu’elle laissait entendre. S’en suit alors une série de révélations sur le passé de Sara qui tentent d’entacher son récit tout en permettant de développer artificiellement de nouveaux arcs narratifs. Alex devient alors une sorte de robot mécanique qui avance sans que cela ne soit particulièrement touchant, ni même intelligent.

 

On pourrait se dire que les personnages les plus intéressants sont ailleurs. Chéma va tout perdre durant cette saison : son bébé, son mari et n’aura même pas l’occasion d’embrasser à pleine bouche Alex, sans parler de sa liberté. Toute l’histoire de Chéma a beau être intéressante sur le papier, elle bouscule la série dans tout un tas de directions qui cherchent désespérément à se rassembler pour la conclusion de la saison. César, qui passait pour le patriarche insupportable dans la saison 1 devient maintenant un gentil qui ne comprenait finalement pas tout ce qui se passait autour de lui (notamment sur les agissements de Sergio) pendant que Mariana devient le grand méchant loup dans la bergerie. Si la matriarche est intéressante en personnage qui tire les ficelles, Qui a tué Sara ne le lui rend pas vraiment. A chaque fois ce sont des bribes d’intrigues qui sont lancées à toute berzingue et tout d’un coup le récit retombe comme un soufflé.

 

J’attendais peut-être un peu trop de cette saison 2 mais les incohérences de la saison 1 étaient amusantes car elles permettaient de délivrer des retournements de situation tous plus rocambolesques les uns que les autres. Alors que la conclusion de la saison 2 laisse entrevoir (et espérer) une saison 3 afin de recommencer l’enquête sur Sara, la série nous a tellement fait tourner la tête autour de personnages qui sortent souvent de nulle part qu’il est difficile de se laisser avoir par le récit. Alex est devenu un personnage ennuyeux et inoffensif, encore plus lorsqu’il est dans les bras d’Elisa. Rodolfo de son côté, dans sa relation avec son fils Hugo, avec sa femme (et le bébé qu’ils attendent dont le père n’est autre que César), est devenu un personnage aux milles clichés et surtout qui ronronne durant toute la saison sans broncher. Là où la série parvenait à faire de cette famille de mafieux des gens dangereux en saison 1, la saison 2 casse complètement le mythe afin de développer des intrigues encore plus rocambolesques les unes que les autres.

 

Le plaisir coupable qu’était la saison 1 a alors en grande partie disparu au profit d’une écriture automatique où seul le choc du cliffhanger semble intéresser les téléspectateurs. Les révélations surréalistes n’aident pas à se faire avoir par le récit et ainsi à donner l’envie frénétique de poursuivre l’aventure. Les flashbacks sur le passé de Sara sont tous plus crétins les uns que les autres puisque le récit n’a qu’elle pour se reposer. Avec le titre de Qui a tué Sara, il faut que Sara soit au centre de tout ce qui se passe et qu’elle ait un lien avec tous les personnages. C’est donc dans des flashbacks souvent incohérents que la série s’efforce de donner à Sara la place d’héroïne du récit autour de laquelle tout gravite. La saison 2 use et abuse du personnage, quitte souvent à effacer le reste du casting. Je n’ai pas été plus convaincu que ça par cette saison 2 si ce n’est qu’elle se regarde sans problème grâce à ses rebondissements mais le voyage en absurdie doit clairement changer de route dans la saison 3…

 

Note : 4/10. En bref, Qui a tué Sara est encore plus surréaliste qu’avant et au détriment bien souvent du plaisir coupable qu’elle pouvait être en saison 1.

Disponible sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

vts 26/05/2021 12:15

Ils tirent beaucoup trop sur la corde..