Critique Ciné : Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable (2021)

Critique Ciné : Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable (2021)

Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable // De Michael Chaves. Avec Patrick Wilson, Vera Farmiga et Ruari O’Connor.

 

En sortant des sentiers battus par les deux premiers volets Conjuring, Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable est une excellente surprise. Plus qu’un film de possession, c’est avant tout une véritable enquête avec tous les symboles religieux qui ont fait le succès de la franchise et ce couple de cinéma qui est à mes yeux l’un des meilleurs couples de toutes les franchises confondues. L’alchimie qu’il y a entre Patrick Wilson et Vera Farmiga est la vraie force de Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable (et de la franchise). Ce sont eux qui sont les fondations même du film et permettent à celui-ci de nous attacher encore plus à l’aventure. Le second volet, se déroulant chez les Warren, était assez sympathique mais reprenait une mécanique où les clin d’oeil aux autres films (Annabelle, La malédiction de la Dame Blanche) étaient parfois trop présents. Cela empêchait ainsi de créer un sentiment d’air nouveau. Mais l’horreur était assez efficace pour nous offrir le divertissement attendu (et certes prévisible). Là où Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable est une réussite c’est la façon dont il offre une nouvelle facette à la franchise, celle de l’enquête policière.

 

Conjuring 3 : sous l'emprise du diable retrace une affaire terrifiante de meurtre et de présence maléfique mystérieuse qui a même ébranlé les enquêteurs paranormaux Ed et Lorraine Warren, pourtant très aguerris. Dans cette affaire issue de leurs dossiers secrets – l'une des plus spectaculaires – , Ed et Lorrain commencent par se battre pour protéger l'âme d'un petit garçon, puis basculent dans un monde radicalement inconnu. Ce sera la première fois dans l'histoire des États-Unis qu'un homme soupçonné de meurtre plaide la possession démoniaque comme ligne de défense.

 

Certes, Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable est bien moins terrifiant que les deux volets précédents. Ce n’est pas sur l’horreur que le film veut se concentrer mais sur la psychologie des personnages et notamment de ce jeune homme qui va être soupçonné de meurtre et va plaider la possession démoniaque. Tout le travail d’enquête des Warren ici est de déterminer si oui ou non le jeune homme était sous l’emprise d’un démon. Les retournements de situation et la façon dont ceux-ci s’accélèrent au fur et à mesure que le film avance permet de créer une véritable ambiance particulière. Michael Chaves (La malédiction de la Dame Blanche) offre à sa mise en scène quelque chose de beaucoup plus sobre que les deux précédents volets Conjuring et permet de se concentrer encore plus sur les personnages ce qu’ils impliquent chacun dans le récit. On sent que Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable ne cherche pas à être effrayant mais à raconter une histoire plus solide et riche que les deux volets précédents. En se basant en plus de ça sur des faits réels, la franchise Conjuring puise sa force dans cet élément rappelé au début du film et qui vient forcément créer un sentiment chez le spectateur.

 

Note : 7.5/10. En bref, en sortant des sentiers battus par les deux premiers volets, Conjuring 3 : sous l’emprise du Diable est une excellente surprise.

Sorti le 9 juin 2021 en France - Retournons au cinéma !

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article