Blindspotting (Saison 1, 8 épisodes) : chroniques de la baie de San Francisco

Blindspotting (Saison 1, 8 épisodes) : chroniques de la baie de San Francisco

Le film de 2018 était l’une des bonnes surprises de l’été et je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ça lorsque j’avais été voir Blindspotting au cinéma. David Dis et Rafael Casal tenaient avec Blindspotting une sorte de diamant brut. Pour en étendre son univers, un spin off télévisuel voit le jour sur Starz et dès le premier épisode c’est une pépite. Blindspotting fait partie des meilleures séries de l’année et je n’accepte pas le contraire. Ou retrouve l’ambiance du film mais avec des personnalités différents puisque c’est Ashley qui prend la tête de la série. Collin et Miles vont faire des apparitions tout au long de la saison mais c’est elle qui tient les intrigues de la saison et c’est probablement ce qui pouvait arriver de mieux à la série. Afin de ne pas dénoter, Blindspotting reprend les événements du film. Nous sommes en 2018, six mois plus tard. Il y a tout de même des différences dans la narration qui permettent de voir que l’on est dans l’univers d’Ashley et que c’est son point de vue à elle qui compte.

 

Jasmine Cephas Jones incarne Ashley de façon brillante. Il y a un vrai message d’optimisme dans ce qu’elle entretient tout au long de la saison et je dois avouer que cela donne envie de passer du temps avec elle. Les personnages qui l’entourent sont tous passionnants et chacun apporte sa pièce à l’édifice. Blindspotting nous offre donc des moments touchants et beaux tout en créant d’autres instants plus légers qui permettent de mieux ressentir ce que le reste veut que l’on ressente. Là où Blindspotting fonctionne le mieux c’est retrouver cette mécanique du film dans une série tout en donnant une nouvelle perspective à celle-ci. Globalement les thématiques sont assez similaires et les références au film permettent de ne jamais perdre de vue ce que l’on connaît déjà de cet univers. Si les adaptations en série de films ne sont pas toujours réussies, Blindspotting symbolise à la perfection ce que l’on peut voir de magnifique dans le genre et de réussi.

 

Je pense que la réussite de Blindspotting on la doit au fait que Diggs et Casal ont réussi à construire un univers dans le film qui pouvait être développé avec d’autres personnages sans perdre l’idée de départ. Je me demande si au fond Blindspotting ne pourrait pas devenir une série anthologique où chaque saison prendrait le point de vue d’un personnage tout en donnant des nouvelles des uns et des autres. Passer à côté de Blindspotting est probablement passer à côté de votre été en séries. Je ne connaissais pas la Bay Area de San Francisco avant le film avec toutes ces cultures différentes et même si cela doit parfois être un brin biaisé par le point de vue des créateurs, cela reste magnifique. Plus on avance dans la saison et plus les personnages prennent de l’épaisseur et deviennent ces gens que l’on a envie de voir vivre à côté de chez nous. Blindspotting a cette ambiance particulière qui lui donne un charme unique, tirant ses influences de pas mal d’univers déjà connus tout en créant son propre monde à lui.

 

Note : 9/10. En bref, l’excellente surprise de l’été.

Disponible sur Starzplay

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article