Critiques Séries : American Horror Stories. Saison 1. Episode 5.

Critiques Séries : American Horror Stories. Saison 1. Episode 5.

American Horror Stories // Saison 1. Episode 5. Ba’al.

 

Les histoires de démon et de femmes enceintes est un truc vu et revu dans le monde de l’horreur mais je dois avouer que « Ba’al » parvient à créer quelque chose d’à la fois anxiogène et palpitant. Ali Adler (créatrice de Supergirl) et Manny Coto (déjà l’origine des deux épisodes précédents) nous plongent dans les aventures d’un jeune couple qui veut avoir un enfant. Billie Lourd est habitée par son personnage de mère et je dois avouer que c’est tout ce qui importe dans cet épisode. C’est elle qui donne à l’épisode tout son sens grâce à une prestation étonnante. J’aime beaucoup Billie Lourd dans American Horror Story mais je dois avouer qu’elle a tout autant sa place dans ce spin off et cette aventure autour du démon Ba’al. Entre ce côté touchant et la folie qui monte au fur et à mesure, elle donne quelque chose en plus. Ce petit plus qui fait de cet épisode mon préféré de la saison jusqu’à présent.

 

D’un point de vue narratif, « Ba’al » est plus étonnant que les épisodes précédents et surtout bien mieux travaillé. Outre le twist réussi, American Horror Stories nous plonge dans un univers qui en plus d’être complémentaire à ce que l’on voit dans la série mère, parvient à apporter une vraie originalité. Into the Dark, l’anthologie d’horreur de Hulu avait déjà fait une histoire sur une femme enceinte et une présence démoniaque sauf que pour le coup c’était souvent un lourd et long périple sans intérêt. « Ba’al » dans le même registre parvient à créer une ambiance particulière. Pour la première fois depuis le début de la saison, je dirais que cet épisode est la première incursion intelligente dans le monde de l’horreur. En construisant petit à petit la peur, sans abuser des jump-scares et sans cet humour souvent pompeux que Ryan Murphy adore ajouter à ses récits.

 

Comme dans l’épisode précédent et sa parodie de télé-réalité de youtubeurs ou le double épisode introductif qui n’était qu’une mauvaise resucée de « Murder House ». Si Billie Lourd est donc en grande partie responsable de la réussite de cet épisode, le scénario est suffisamment bien ficelé pour que le téléspectateur se laisse prendre au jeu. C’est ce genre d’épisodes que j’ai envie de voir depuis le début de la saison. En espérant bien évidemment que le prochain soit aussi à la hauteur.

 

Note : 8.5/10. En bref, Billie Lourd est vraiment étonnante.

En septembre 2021 sur Disney+ Star

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article