Critiques Séries : Heels. Saison 1. Episode 1.

Critiques Séries : Heels. Saison 1. Episode 1.

Heels // Saison 1. Episode 1. Kayfabe.

 

L’univers du catch n’est pas développé dans le monde des séries et pourtant cela peut facilement être un monde riche en surprises. GLOW était une excellente série sur Netflix dans sa version féminine et désormais c’est au tour des mecs dans Heels. Michael Waldron, le créateur de Loki, nous plonge dans l’univers de deux frères rivaux. Ce premier épisode ne perd pas de temps à installer la rivalité entre les deux frères. Je ne suis pas forcément fan d’Alexander Ludwig au départ mais son rôle dans Heels lui colle à la peau. Stephen Amell de son côté a une vraie occasion de faire tout autre chose ici et son personnage lui va très bien lui aussi. Le ton de Heels est rapidement trouvé et l’introduction de l’univers et des personnages fait mouche. Il y a à la fois un côté sombre mais de l’humour est là pour venir apporter aussi ce que l’on peut ressentir face à des matchs de catch à la télévision. En donnant une vision différente du catch, Heels gagne rapidement des points tout en délivrant un portrait familial.

 

Dans une communauté très unie de Géorgie, une association familiale de lutte professionnelle oppose deux frères rivaux qui se disputent l'héritage de leur défunt père. Si sur le ring, un gentil, le "personnage principal", est mis en scène face à son ennemi juré, le "personnage secondaire", dans le monde réel, il peut être difficile de se hisser à la hauteur de ces personnages - ou de les laisser derrière soi.

 

Peter Segal (Max la menace, Y’a t-il un flic pour sauver Hollywood ?) apporte un regard plus sombre que ce qu’il a pour habitude de faire au cinéma. Mais il n’oublie pas de faire briller ces instants de catch à l’écran. Il y a un vrai contraste entre les scènes privées et la vie sur le ring. Cela permet de créer un univers ambivalent et surtout soigné autour de personnalités fortes. Le casting fonctionne très bien ensemble ce qui permet de rapidement s’attacher aux personnalités de chacun et de découvrir petit à petit ce que Heels veut nous proposer. Dans un sens, Heels me rappelle Friday Night Lights mais en version catch. Il y a une volonté similaire de rapprocher la série familiale d’un point de vue dramatique à un univers totalement différent. Le fait que Stephen Amell soit un fan de catch dans la vraie vie aide probablement à ce que ce dernier se sente ici comme un poisson dans l’eau. Ce qui me donne encore plus envie de voir la suite de la saison c’est le fait que la série semble imprévisible dans la façon de conduire les personnages. C’est une excellente chose qui donne à Heels un côté assez amusant et accrocheur.

 

Note : 8.5/10. En bref, une série qui a du charme et surtout soignée.

Disponible sur Starzplay

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article