Critiques Séries : American Horror Story. Saison 10. Episode 5.

Critiques Séries : American Horror Story. Saison 10. Episode 5.

American Horror Story: Double Feature // Saison 10. Episode 5. Gaslight (Part 1 - Red Tide)

 

Cette saison 10 de American Horror Story continue d’être ingénieuse. A la fois car l’histoire de « Red Tide » est bonne et que Ryan Murphy et Brad Falchuk semblent être capables de faire leur propre auto-critique au travers de dialogues. Dans « Gaslight », cela peut sembler anecdotique mais lorsque l’on parle d’Harry et de tous ses projets sur Netflix, qu’il est décrit comme un créateur prolifique alors American Horror Story fait clairement ici l’auto-critique de ses créateurs qui ont beau avoir de bonnes idées mais qui s’éparpillent. « Gaslight » est probablement l’un de mes épisodes favoris de toute l’histoire de la série. Il y a tout ce qui fonctionne dans American Horror Story et même plus encore. Le développement qui a été fait des personnages continue d’être soigné alors que la perfection de chacun est l’une des plus fascinante de l’histoire. Les intrigues continuent d’évoluer et les performances sont toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Celle de Lily Rabe dans cet épisode mériterait presque un Emmy tant elle habite son personnage.

 

On sait depuis un moment que Doris allait goûter au plaisir de la pilule noire. Cela aurait été dommage de ne pas développer cette partie de l’histoire. C’est d’autant plus touchant et déchirant que tout ça fonctionne parfaitement du début à la fin. Doris a été mise sur un piédestal depuis le début de la saison, notamment lorsque sa fille disait de sa mère qu’elle ne serait jamais aussi talentueuse que son père et elle-même dans ce qu’elle fait. Harry et Alma ne sont pas vraiment des modèles ni des soutiens pour Doris et cette dernière va petit à petit plonger dans un mal fascinant. La tournure des événements (qui prendra fin avec le prochain épisode) a tout ce dont on pouvait rêver. A la fois car il y a ce sentiment horrifique, des références multiples et surtout des personnages qui ont tous quelque chose d’intéressant à raconter. Alma par exemple. Les enfants ont toujours eu une place de choix dans le genre horrifique et je dois avouer que la série exploite Alma de façon à ce que l’on voit l’horreur dont elle est capable (et qui est pire que celle des adultes).

 

Le fait qu’Alma ait évolué en jeune fille de sang froid est fascinant. Je suis d’autant plus surpris que les créateurs d’American Horror Story aient réussi à créer une telle intrigue. Ces cinq épisodes apportent un vrai vent de fraîcheur à la franchise comme aucune autre saison depuis « Asylum ». Je pense notamment à Sarah Paulson dont le personnage a été utilisé de façon intelligente, sans en faire des tonnes comme d’habitude. Sarah Paulson est une actrice talentueuse et le fait que Murphy et Falchuk lui donnent l’occasion de faire autre chose est parfait. Je me demande par ailleurs ce que prépare Ursula avec la Chimiste. Ursula aime le pouvoir et l’influence donc je ne serais pas surpris qu’elle cherche à utiliser les créatifs à son avantage. American Horror Story parvient à créer quelque chose de fort grâce à l’utilisation soignée des personnages et des intrigues que la série développe depuis le début de la saison.

 

Note : 10/10. En bref, un épisode parfait de bout en bout. Sûrement l’un des meilleurs épisodes de l’histoire d’American Horror Story.

Prochainement sur Netflix

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article