Critiques Séries : American Rust. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : American Rust. Saison 1. Pilot.

American Rust // Saison 1. Episode 1. The Mill.

 

Dan Futterman (In Treatment, Truman Capote) nous offre avec American Rust une vision de la criminalité américaine. Si sur le papier cela ressemble déjà à d’autres séries, Jeff Daniels (The Newsroom) dans le rôle du shérif Del Harris brille du début à la fin. Et je dois avouer que c’est bien le seul véritable atout d’American Rust. American Rust commence par introduire des gens qui vivent des vies pas vraiment heureuses dans la ville fictive de Buell en Pennsylvanie. Un incident s’est produit dans un moulin abandonné et la police est appelé. Le shérif s’intéresse à cette affaire, laissant de côté sa vie privée pour aller voir ce qui se passe. Une fois arrivé il découvre un corps que nous téléspectateurs ne pouvant voir et dit « Fuck ». C’est une scène d’introduction correcte mais pas brillante qui rappelle déjà tout un tas de séries vues et revues.

 

La montée de la criminologie dans une petite ville de Pennsylvanie, vue à travers les yeux de son shérif, Del Harris.

 

Il y a beaucoup de choses qui ne fonctionnent pas vraiment dans American Rust. La série est presque une sorte de porno sur la misère du monde, mal écrite (mais très bien incarnée) et l’on ne sait pas trop où elle veut nous emmener en un épisode. On passe de flashbacks inutiles et insensés à des scènes dans le présent qui cherchent à dépeindre ce qui se passe à Buell. Avec des dialogues plus travaillés, le contexte social de American Rust aurait pu être intéressant. Ici les dialogues sont plats et ce malgré tous les efforts que peut faire Jeff Daniels pour les délivrer de façon convaincante afin que l’on se sente impliqués. Tout au long de « The Mill » tout le monde semble dépressif, lugubre et le découpage n’a pas toujours suffisamment d’entrain pour réellement impliquer le téléspectateur au récit.

 

American Rust est adaptée du roman de Philipp Meyer du même nom. Je ne connais pas le roman mais je suppose qu’il est bien plus intéressant que ce que l’on en voit ici. Nous avons aussi Billy Poe, une ancienne star du football au lycée qui tente d’aller de l’avant dans sa vie après six mois de sursis et sa mère Grace (incarnée par Maura Tierney) qui est coincée dans un travail sans issue qui détruit ses mains sans pouvoir se soigner correctement. Bien évidemment, Harris entretient une relation avec Grace et quand il découvre que Billy pourrait bien être impliqué dans un meurtre alors il doit décidé : soit enfreindre la loi soit perdre la femme qu’il aime. Cela a son intérêt sur le papier mais ce premier épisode tourne trop en rond et délivre tout sans conviction suffisante pour donner l’envie frénétique de revenir à Buell.

 

Les dialogues sonnent souvent creux et sont là pour faire de l’exposition lourde des personnages. Ces derniers expliquent toujours de façon rapide ce qu’ils pensent sans chercher à créer une part de suspense qui pourrait les rendre plus intéressants. En soit American Rust est une histoire qui mérite d’être racontée mais peut-être avec plus de subtilité que ce à quoi l’on a droit ici.

 

Note : 4/10. En bref, Jeff Daniels fait de son mieux avec une série médiocre…

Prochainement sur myCanal

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article