Critique Ciné : Le Discours (2021)

Critique Ciné : Le Discours (2021)

Le Discours // De Laurent Tirard. Avec Benjamin Lavernhe, Sara Giraudeau et Kyan Khojandi.

 

Laurent Tirard surfe sur la vague des vaudevilles théâtraux et Le Discours est probablement ce qu’il a fait de mieux dans sa carrière. Cette comédie qui brise le quatrième mur est généreuse grâce à Benjamin Lavernhe. Ce dernier tient ici un rôle en or, taillé sur mesure. La mise en scène est soignée et utilise alors le genre à son avantage et son casting par la même occasion. Même si les autres sont clairement là pour lui donner la réplique, chacun apporte sa petite pierre à l’édifice afin de faire de Le Discours quelque chose d’étonnant et surtout drôle. Outre les trouvailles visuelles qui apportent de vrais moments de joie, c’est le scénario qui est stupéfiant. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’un discours de mariage donne lieu à un film aussi original et efficace. Grâce à la multitude d’imprévus et cette tendresse palpable du début à la fin, Le Discours soigne son discours et parvient à dynamiter un peu la comédie française populaire que l’on a l’impression d’avoir vu des dizaines de fois.

 

Adrien est coincé. Coincé à un dîner de famille où papa ressort la même anecdote que d’habitude, maman ressert le sempiternel gigot et Sophie, sa soeur, écoute son futur mari comme s’il était Einstein. Alors il attend. Il attend que Sonia réponde à son sms, et mette fin à la « pause » qu’elle lui fait subir depuis un mois. Mais elle ne répond pas. Et pour couronner le tout, voilà que Ludo, son futur beau-frère, lui demande de faire un discours au mariage… Oh putain, il ne l’avait pas vu venir, celle-là ! L’angoisse d’Adrien vire à la panique. Mais si ce discours était finalement la meilleure chose qui puisse lui arriver ?

 

L’exercice aurait pu être casse gueule mais Laurent Tirard parvient ici à signer son meilleur film. C’est original et drôle, inventif et réjouissant. Mais c’est finalement cette légère mélancolie qui vient teinter tout le film du début à la fin qui s’avère être le plus séduisant. Je ne connais pas l’oeuvre originale dont Le Discours est adapté mais il y a quelque chose de très français et en même temps de très moderne dans ce qui est offert à l’écran. Benjamin Lavernhe dont le talent n’est plus à démontrer s’amuse du début à la fin à délivrer ces monologues face caméra, en voix off ou simplement sur la scène lors du mariage de sa soeur. C’est cynique et parfois même corrosif. Certains discours sont hilarants et prennent le pari de tout faire capoter d’un coup. Le héros passe par tous les registres, de l’humour à la dépression, transformant finalement Le Discours en une sorte de one man show détonnant. Tout n’est pas parfait mais reste séduisant et change un peu de ce que l’on voit au cinéma en France.

 

Note : 7/10. En bref, d’une énergie dévorante, Le Discours ne s’arrête jamais et donne à Benjamin Lavernhe un rôle en or.

Sorti le 9 juin 2021 au cinéma - Disponible en VOD et DVD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article