Critiques Séries : Evil. Saison 2. Episode 11.

Critiques Séries : Evil. Saison 2. Episode 11.

Evil // Saison 2. Episode 11. I is for IRS.

 

Evil aime les histoires toutes plus folles les unes que les autres et cet épisode le démontre une fois de plus. Alors que Leland reprend sa place petit à petit dans la série, cet épisode lui est clairement dédié. Qu’est-ce que la foi ? La religion ? Et est-ce que les rituels d’exorcismes qu’ils organisent sont des rituels en lesquels on peut croire et qui sont efficace ? Cet épisode est fun du début à la fin. Rien que le cold-open vient démontrer à quel point cet épisode est amusant et ce vers quoi l’on se dirige. Cet épisode se concentre aussi sur l’histoire d’une exemption de taxes pour la religion. C’est sacrément ironique et la série aime s’amuser avec nous sur le sujet. Je ne m’attendais pas du tout à ce que cela évolue dans ce sens là mais j’aime le résultat. L’idée que le gouvernement reconnaisse la religion et l’Eglise afin de rendre tout ça légitime ne joue pas forcément dans le rôle de l’authenticité. Dans un sens c’est une occasion pour Evil et les King de discuter du fait que l’Eglise est une entreprise comme les autres.

 

A côté de ça nous avons Leland qui croit en Dieu. Il ne le vénère pas mais il croit en Dieu car croire en Satan c’est aussi croire à son opposé. Kristen de son côté ne croit en rien. Elle pense qu’il n’y a pas de vie après la mort et refuse ainsi de voir au delà de ce qu’elle pense et ce même si elle travaille dans le registre religieux depuis deux saisons maintenant. La place de Leland dans cet épisode est importante et fascinante. Tout ce monde satanique que Leland vénère me fascine et la façon dont cet épisode utilise son histoire est parfait. Mais le personnage de Leland dans cet épisode permet de poser des questions intéressantes sur tout un tas de sujets. Leland reste tout de même une énigme, l’une des grandes énigmes de la série. Ce n’est pas le Diable, on ne sait pas s’il est possédé ou non mais il est autant un danger pour lui-même que pour les autres.

 

L’exorcisme et la façon dont Michael Emerson l’incarne est parfait. C’est à la fois une scène comique et quelque chose d’inspiration du cinéma d’horreur. Je ne sais pas trop ce qu’il faut attendre de la suite de cet épisode et si finalement Leland a été réellement exorcisé ou s’il a simplement fait croire qu’il l’avait été. Evil joue sur tout un tas de tableaux tous plus fascinants les uns que les autres. Cette satire du monde religieux n’a de cesse d’évoluer et surtout d’être aussi étrange que fascinante. Les King tiennent avec Evil une série qui aime tordre l’opinion de chacun et c’est pour cela que j’adore cette série.

 

Note : 9/10. En bref, un épisode délirant du début à la fin qui démontre une fois de plus les qualités de la série.

Prochainement sur TF1 et Salto

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article