Critiques Séries : Law & Order: Organized Crime. Saison 2. Episodes 2 et 3.

Critiques Séries : Law & Order: Organized Crime. Saison 2. Episodes 2 et 3.

Law & Order: Organized Crime // Saison 2. Episodes 2 et 3. New World Order / The Outlaw Eddie Wagner.

 

Si l’introduction de cette saison 2 de Law & Order: Organized Crime était parfois étrange, ces deux épisodes permettent de comprendre un peu plus de quoi la saison va être faite. La violence se fait de plus en plus présente et je dois avouer que c’est tout ce que j’ai envie de voir ici afin de changer un peu de tout ce que fait SVU. « New World Order » est réussi car il trouve un bel équilibre entre le policier Stabler, sa vie personnelle alors que sa mère débarque et Stabler sous couverture qui doit prouver sa loyauté. Ellen Burstyn est l’élément le plus intéressant de cet épisode. Sous les traits de la mère de Stabler elle apporte quelque chose de touchant à l’épisode qui m’a beaucoup plu. Cela faisait un moment que l’on n’avait pas vu l’actrice dans l’univers de SVU. Durant ces deux épisodes, toute l’histoire des albanais est finalement moins intéressante que tout ce qui se passe avec la mère de Stabler. Cette dernière est devenue démente et l’actrice incarne tout ça de façon touchante.

 

On ne peut pas dire que Law & Order: Organized Crime soit une série à l’écriture finaude mais ce que j’aime beaucoup c’est l’intérêt que porte la série à ses personnages. Là où ils sont souvent écrits au couteau dans le Chicago-verse, dans le Law & Order-verse ils sont bien plus passionnants. L’autre surprise de ce double épisode c’est Benson. Si je trouve cette relation un peu dépassée aujourd’hui, il y a toujours quelque chose d’attachant chez ces deux là. Law & Order: Organized Crime parvient à les rendre un peu plus intéressants. Tout commence dans « New World Order » alors que Stabler doit réduire en cendre une scène de crime. La guerre des gangs entre les albanais et les italiens permet d’apporter un brin d’action. Law & Order: Organized Crime ne fait pas dans la dentelle et se contente bien souvent de tous les clichés possibles et imaginables mais cela colle plutôt bien avec la personnalité de la série et de Stabler. Ce dernier est un personnage à une dimension, pas vraiment quelqu’un capable d’être subtile.

 

L’histoire de Stabler et Benson est mignonne mais dure depuis bien trop longtemps. Law & Order: Organized Crime a beau chercher à raviver une flamme éteinte il y a des années, je dois avouer que je m’attendais à quelque chose de différent. Tout ce que la série tente de faire cette saison est un mélange qui parfois peut devenir indigeste. Disons que la série mélange tellement d’ingrédients que je m’attendais à quelque chose de différent. Fort heureusement que pour la grande intrigue de la saison nous avons Vinnie Jones. Ce dernier est un roc. L’acteur est parfait pour ce rôle bien souvent cliché qu’il incarne ici. C’est aussi pour cela que j’ai tout de même assez hâte de voir la suite sans que cela brillant pour autant. Law & Order: Organized Crime se laisse suivre sans déplaisir car elle parvient à mettre en scène quelque chose de rythmé. Les facilités narratives sont faciles à oublier lorsque les personnages sont utilisés à bon escient.

 

Note : 6.5/10. En bref, la saison gagne en rythme et en violence.

New York, Crime Organisé - Prochainement sur 13e Rue et TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article