Critiques Séries : The Equalizer (2021). Saison 2. Episode 3.

Critiques Séries : The Equalizer (2021). Saison 2. Episode 3.

The Equalizer (2021) // Saison 2. Episode 3. Leverage.

 

Si les deux premiers épisodes étaient de bonnes surprises, « Leverage » laisse la série retomber dans ses intrigues simplistes sans enjeux remarquables. Si j’apprécie le fait que les scénaristes aient fait de The Equalizer une série plus familiale que l’originale, cette histoire de mère qui suspecte son fils d’avoir rejoins un gang n’apporte rien de vraiment palpitant. Disons que ce n’est pas vraiment le genre d’intrigues que je m’attend à voir dans The Equalizer. McCall reste une héroïne de poigne qui s’inspire tout de suite. Queen Latifah a le mérite d’avoir agrémenté son jeu de bons ingrédients cette année, probablement aussi car elle est bien plus à l’aise avec le rôle. Elle est en partie responsable de l’amélioration de The Equalizer cette saison (jusqu’à présent). L’enquête de la semaine n’est pas suffisamment importante pour surprendre le spectateur alors que cela aurait pu être un peu différent à bien des égards. Notamment sur la façon de gérer le rythme.

 

Logiquement, j’ai préféré tout ce que The Equalizer fait en parallèle. Notamment avec Dante. Ce dernier est maintenant dans le viseur du nouveau détective et avec cet épisode McCall. Cette dernière semble désormais dans le viseur de la police. Si cela a un potentiel intéressant afin de muscler les intrigues feuilletonnantes de The Equalizer, j’espère juste qu’ils vont faire en sorte que l’on ne s’ennuie pas. Je préfère voir des policiers mettre des bâtons dans les roues de McCall en plus des vilains qu’elle doit arrêter que de voir tout rouler comme sur des roulettes. Ce que je reproche souvent à la mécanique des séries policières c’est qu’elles ont tendance à rester sur leurs lauriers. Les intrigues évoluent de la même façon. L’originalité de The Equalizer tient dans ses affaires qui sont sensées être toutes plus originales les unes que les autres.

 

« Leverage » a droit à ses bons moments mais j’aurais peut-être espéré quelque chose de plus explosif. On sent que par manque de moyens la série n’ose pas tout. On est loin des films avec Denzel Washington qui avait réellement su moderniser le personnage. Delilah de son côté reste le gage touchant et attachant de The Equalizer qui apporte à McCall sont humanité. C’est sympa sans briller.

 

Note : 4.5/10. En bref, une affaire de la semaine mou du genou n’aide pas vraiment l’épisode à sortir des sentiers battus.

Prochainement sur TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article