Critiques Séries : Creepshow. Saison 3. Episode 5.

Critiques Séries : Creepshow. Saison 3. Episode 5.

Creepshow // Saison 3. Episode 5. Time Out / The Things in Oakwood’s Past.

 

« Time Out »

« Time Out » est un conte avec une belle morale. Tim a toujours rêvé d’avoir plus de temps dans une même journée mais forcément tout cela a des conséquences. Barrington Smith et Paul V. Seetachitt (Americanish, Precious Cargo) racontent l’histoire de Tim qui est devenu un avocat à succès. Il a tout : une femme, une famille, de l’argent et des récompenses. Tout cela ne fait que renforcer sa chance mais cela a des conséquences. Ce n’est pas le meilleur segment de toute l’histoire de Creepshow mais je dois avouer que sa façon d’être raconté est suffisamment efficace pour que l’on ne s’ennuie pas. La conséquence de l’histoire dans « Time Out » c’est que lorsqu’il passe du temps dans l’armoire, le temps s’arrête dehors mais il continue de vieillir à l’intérieur. Sa grand mère lui a laissé un message d’avertissement : il ne veut pas trop en abuser.

 

Contrairement à d’autres segments de Creepshow, celui-ci n’est pas vraiment un segment d’horreur. Cela ressemble un peu plus à une intrigue classique de la Quatrième Dimension. Il y a d’ailleurs un épisode qui parle du temps comme d’une notion que l’on ne peut pas changer sans conséquences. Le fait que ce segment soit conçu de façon aussi intelligente permet de créer un véritable moment de plaisir de téléspectateur. « Time Out » fait partie de ces histoires pourtant simples qui me manque dans une telle série et c’est tout ce que j’ai envie de voir. C’est divertissant et il se passe toujours quelque chose. L’issue de l’épisode permet de nous offrir la petite morale que l’on peut toujours attendre d’une telle série et c’est pour cela que j’aime beaucoup le résultat.

 

Note : 7/10. En bref, malgré le fait que « Time Out » ne soit pas un classique segment de Creepshow, il n’en reste pas moins l’un des plus réussis de la saison.

« The Things in Oakwood’s Past »

Si l’on m’avait dit qu’un segment de Creepshow serait animé un jour, je dois avouer que je n’aurais jamais cru qui pouvait me le dire. Cependant, « The Things in Oakwood’s Past » fait sens dans son utilisation de l’animation, notamment car cela permet de créer des choses que les moyens de la série n’auraient pas pu créer en live-action. Daniel Klaus (La Forme de l’Eau) mélange pas mal d’influences dans ce segment. C’est l’anniversaire d’un étrange phénomène se déroulant dans la petite ville de Oakwood. Tout le monde dont le libraire de la ville enquêtent sur ce qui s’est réellement passé dans cette ville il y a des centaines d’années et un capsule joue un rôle dans ce conte.

 

Ce segment est coloré, dans la pure tradition de Creepshow et je dois avouer que c’est une excellente chose qui permet aussi de rendre un hommage pertinent aux films qui ont inspiré la série. Comme a Roanoke, toute la population de Oakwood a disparu il y a deux cents ans. Personne n’a jamais su ce qui s’était passé et cet épisode vient jouer un rôle de conte terrifiant mais fascinant. C’est gore à souhait et les créatures sont inspirées. Il y a tellement de choses à apprécier dans cet épisode que cela pourrait réellement devenir l’un de mes préférés de Creepshow. « The Things in Oakwood’s Past » parvient à mélanger tous les ingrédients qui font l’intérêt de cette franchise et même plus encore.

 

Note : 8/10. En bref, l’animation permet de libérer l’originalité du segment et de créer un monstre efficace.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article