Critiques Séries : Impeachment: American Crime Story. Saison 3. Episode 9.

Critiques Séries : Impeachment: American Crime Story. Saison 3. Episode 9.

Impeachment: American Crime Story // Saison 3. Episode 9. The Grand Jury.

 

L’histoire de Monica Lewinsky est presque le prémisse de ce que la politique est aujourd’hui : la politique people. C’est donc le grand moment de faire face au grand jury dans cet épisode. Le fait que l’on se concentre sur Monica Lewinsky et Linda Tripp et leur expérience face à des citoyens américains me plaît. La narration de cet épisode est efficace car elle est rythmée. J’ai toujours aimé les histoires judiciaires et Impeachment: American Crime Story nous en offre une belle. Après tout, American Crime Story n’en est pas à sa première scène dans une cour de justice. On l’a déjà vu dans la saison 1 sur O.J. Simpson et les scènes dans la cour de justice étaient parmi les meilleures de la saison. Cette audition de Monica et Linda est l’occasion pour les deux femmes de raconter leur version de l’histoire, loin de toutes les manipulations que peuvent faire les résidents de la Maison Blanche. Les questions sont intéressantes car elles sont fortes et permettent de faire ressortir ce qu’il y a de plus dur dans ce récit. Des copies de tableurs récitent tous les moments où elle a rencontré Clinton. On lui demande aussi quel genre de relation sexuelle elle a eu avec Clinton. Et une femme plus âgée lui demande si elle a pour habitude de coucher avec des hommes mariés.

 

Impeachment: American Crime Story symbolise parfaitement ici le malaise de l’époque et la façon dont cela a choqué l’Amérique conservatrice. Bill Clinton est un démocrate et les républicains ont forcément ici du grain à moudre dans cette histoire. La vulnérabilité et l’honnêteté de Monica dans cet épisode se ressentent tout au long de son interrogatoire par le jury. Elle parle ouvertement de ses sentiments envers Bill avec tellement d’innocence que l’on a envie de lui faire un câlin afin de lui dire que tout va bien se passer. Monica a réussi son interrogatoire mais Linda Tripp s’est faite assassiner sur place. Elle a passé les derniers mois enfermée dans une chambre d’hôtel. Linda pense que les gens vont comprendre ce qu’elle a fait si ils prennent le temps d’écouter son histoire. La façon dont Impeachment: American Crime Story l’envoie au pugilat est parfaite. Personne n’a envie de l’écouter mais plutôt de la pendre en place publique.

 

Le jury a de la compassion pour Monica car elle est la protagoniste du scandale et ils sont de son côté car Monica a réussi son entretien. Quand elle a dit « I hate Linda Tripp » et que le jury dit vouloir sa tête, l’entretien de Linda face au jury est déjà plié. Quand Linda cherche à faire de Monica une personne ennuyeuse alors tout cela va lui revenir en pleine figure. D’un point de vue purement scénaristique cet épisode est une vraie réussite. Il garde un vrai rythme, entrecoupé de moments plus personnels et intimes. Et le casting est quant à lui plus important que jamais. Sarah Paulson m’éblouie tellement dans le rôle de Linda Tripp que si elle ne gagne pas un Emmy pour sa prestation je serais surpris. Il y a une sorte de critique dans Impeachment: American Crime Story sur la façon dont les journalistes peuvent parfois travestir l’histoire originale pour le bien de leur propre célébrité. Ryan Murphy a toujours été fasciné par la critique de la célébrité et Impeachment: American Crime Story le fait ici brillamment.

 

Note : 8/10. En bref, deux femmes, deux points de vue, un résultat. Un épisode brut mais efficace.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article