Critiques Séries : The Sex Lives of College Girls. Saison 1. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : The Sex Lives of College Girls. Saison 1. Episodes 1 et 2.

The Sex Lives of College Girls // Saison 1. Episodes 1 et 2. Chapter One / Chapter Two.

 

Mindy Kaling est une créatrice prolifique qui a toujours su créer des séries parlant à toutes et tous. On retrouve d’ailleurs dans The Sex Lives of College Girls beaucoup de ce qui fait le succès de Never Have I Ever (Netflix), sa dernière création en date avant celle-ci. Ce qui fonctionne dans The Sex Lives of College Girls c’est un savoureux mélange de l’écriture intelligente et soignée de Mindy Kaling avec un casting de quatre jeunes femmes qui forment un quatuor en or. C’est quelque chose que la créatrice a déjà expérimenté sur Netflix mais qui ici dans ce nouvel univers fonctionne ici. Nous sommes dans une université américaine et malgré le fait que ces histoires ont déjà été racontée des dizaines de fois, The Sex Lives of College Girls a quelque chose d’original. La série se déroule à Essex College, une université prestigieuse et capture quatre destins qui se rencontrent et finissent par devenir les meilleures amies.

 

Les relations amoureuses de quatre jeunes filles, sexuellement désinhibées, assignées au hasard comme colocataires dans un dortoir de l'Essex College, une prestigieuse université de la Nouvelle-Angleterre.

 

Nos quatre personnages sont tous différents et ce sont les différences de chacune qui rendent les personnages uniques et attachants en tant que groupe. The Sex Lives of College Girls s’attarde justement sur la construction de la relation entre Bela, Kimberley, Whitney et Leighton. Bien entendu, Mindy Kaling a clairement été inspirée par ses propres expériences. On sent que cette expérience de la liberté qui arrive avec l’université est quelque chose qu’elle a elle même vécu. Si le titre de la série est un brin racoleur, The Sex Lives of College Girls ne parle pas que de sexe. La série mélange des aventures touchantes et attachantes, bourrées d’empathie qui donnent envie de découvrir encore un peu plus ces jeunes femmes dans leurs aventures.

 

Dans ces deux épisodes (et le premier pourrait faire office de deux épisodes compte tenu de sa durée), on s’attache tout de suite aux personnages et à l’univers qui n’a de cesse de rappeler tout ce qui est une qualité dans l’écriture de Mindy Kaling. C’est d’ailleurs l’occasion de découvrir sur le petit écran Pauline Chalamet, petite soeur de Timothée (Dune). Elle apporte quelque chose de captivant dans le regard de Kimberley qui nous donne tout de suite envie de voir le personnage grandir au fil des épisodes. C’est ma préférée pour le moment et j’espère que la suite sera d’aussi bonne facture. Le cour de français dans le second épisode est un sacré moment. Outre le fait que la série clashe les français sur leur incapacité à être à l’heure, c’est probablement le meilleur moment de ce second épisode.

 

Il se passe beaucoup de choses dans ces deux épisodes mine de rien. La richesse du récit en fait une force. On n’a pas le temps de s’ennuyer que l’on n’a de cesse de voir évoluer les personnages et leurs relations. Par ailleurs, ce que The Sex Lives of College Girls fait de la sexualité est pour le moment bien meilleur que sa série sur Netflix, donc j’espère que la série continuera d’explorer le sujet de la meilleure des façons.

 

Note : 8.5/10. En bref, une entrée en matière réussie qui donne déjà envie de voir ces quatre jeunes femmes évoluer et grandir.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article