L’amour Flou (Saison 1, 9 épisodes) : séparés mais ensemble

L’amour Flou (Saison 1, 9 épisodes) : séparés mais ensemble

Si le film de 2018 était une agréable surprise, la série l’est beaucoup moins. Pour autant, L’amour Flou poursuit le côté feel good du film sans trop de difficultés. Le film racontait au départ comment Romane Bohringer et Philippe Rebbot se sont séparés… sans se quitter. Afin de ne pas partager la garde de leurs enfants ils ont alors imaginé vivre dans le même immeuble dans deux appartements séparés reliés par un couloir où se trouve la chambre des deux enfants. Le film était séduisant par sa façon originale de parler du deuil amoureux. La série perd la fraîcheur du film mais pas l’attache que l’on se créé facilement avec Romane et Philippe. Les deux ont une alchimie qui sied très bien au récit. Ici point de remake du film en version série. Le but est de prolonger le récit et de raconter de nouvelles aventures. En s’inspirant de leur vraie vie, le couple parvient à créer ce sentiment presque mockumentaire, entre la comédie et le documentaire.

 

Après 10 ans de vie commune, deux enfants adorés et un chien. Romane et Philippe se sont séparés. De cette aventure singulière, ils ont fait un film : L’AMOUR FLOU. Les voilà donc installés dans cette drôle de vie, qui par bien des aspects, se révèle miraculeuse : la menace de se séparer n’existant plus puisque c’est fait, les tensions entre Philippe et Romane semblent avoir disparu et ils parlent désormais le langage de l’amitié. Les enfants, quant à eux, semblent baigner dans le bonheur, leurs deux parents à portée de main. Mais le quotidien de la famille Rebbot-Bohringer est toujours aussi fou et flou.

 

La paradoxe de L’amour Flou reste dans cette idée qu’un couple séparé passe finalement plus de temps ensemble dans cette configuration qu’auparavant quand ils étaient encore mariés. Mais derrière toutes les qualités du récit de L’amour Flou, je dois avouer que je suis resté de marbre face à ces neuf épisodes. Il y a de joyeux moments de comédie qui permettent de passer de bons moments mais je n’ai pas réussi à retrouver ce qui faisait le sel du film. Probablement car la version série est un brin trop engoncée dans ce sentiment très parisien où l’on passe d’un sketch à l’autre sans qu’il n’y ait réellement de fil conducteur. En dehors de quelques bonnes idées comme la dépendance de Philippe ou la maladie de Richard, la série est assez maigre sur les propositions intéressantes qui méritaient neuf épisodes.

 

C’est donc un peu comme un enchainement de bulles de dialogues pas toujours réussis. Il y a fort heureusement le talent de Romane Bohringer et Philippe Rebbot qui permettent de sortir L’amour Flou un peu de sa zone de confort. Ils sont attachants tous les deux et ce qu’ils proposent est bien souvent plus intéressant que le script en lui-même. Si vous avez aimé le film comme moi vous serez probablement heureux de les retrouver mais attention car malgré leur présence, L’amour Flou n’est pas aussi originale. Notamment à cause des enfants plus têtes à claques qu’autre chose et au final la série est anecdotique. En dehors de quelques loufoqueries et moments de tendresse venant célébrer l’amour, L’amour Flou est assez floue sur ses ambitions. Il y a un message positif qui fait du bien mais j’aurais aimé peut-être que la série soit un second film plutôt que des aventures étirées sur neuf épisodes qui pour remplir le temps qui passe sont agrémentés de scènettes pas toujours brillantes.

 

Note : 5/10. En bref, on perd ici la fraicheur du film dans un enchaînement de scènettes pas toujours réussies. Reste l’alchimie entre Romane et Philippe qui parvient assez souvent à sauver les meubles.

Disponible sur myCanal

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article