Marvel’s Hit-Monkey (Saison 1, 10 épisodes) : la vengeance du singe

Marvel’s Hit-Monkey (Saison 1, 10 épisodes) : la vengeance du singe

La dernière série animée Marvel (What If…) était une bonne idée mais n’a réellement montré son potentiel qu’en fin de saison. Marvel’s Hit-Monkey est la dernière incursion animée et je dois avouer que pour une fois on a enfin une série animée Marvel qui vaut le détour. Créée par Will Speck (Joyeux bordel, Cavemen) et Josh Gordon (Les rois du patin, Joyeux bordel), Marvel’s Hit-Monkey est une excellente surprise à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Développée pour Hulu, l’adaptation du comics créé par Daniel Way et Dalibor Talajic (2010) est plus ou moins tout ce que j’avais envie d’attendre lorsque la série est sortie. Malgré un point de départ plus absurde que jamais, on est loin de nous offrir quelque chose de ridicule. Marvel’s Hit-Monkey est une série d’action attachante avec des personnages qui sont identifiables et réussis. La série existe dans un univers absurde avec des fantômes et des singes. C’est avant tout les personnages qui font la réussite de cette comédie d’action. La relation entre notre singe et le fantôme d’un assassin américain est parfaite. Par moment j’ai eu l’impression de retrouver Archer (FX).

 

Dans les bas-fonds de Tokyo, un singe doué en arts martiaux s’entraîne auprès du fantôme d’un assassin américain afin d’accomplir sa vengeance auprès d’une organisation criminelle.

 

Rapidement, Marvel’s Hit-Monkey prend un tournant étonnant, celui d’une sorte de Kill Bill avec un singe. Hit-Monkey poursuit ceux qui ont décimé sa famille de singes qui vivait paisiblement. Il est capable de tuer tout le crime organisé de Tokyo pour arriver à ses fins et la série ne lésine pas sur les scènes de combat ou d’action. Mais Bryce apporte une dimension plus humoristique qui sied assez bien aux personnages. C’est un peu le Obi-Wan Kenobi de Hit-Monkey. Jason Sudeikis offre sa voix à Bryce et je dois avouer que c’est probablement la meilleure chose qui pouvait arriver au casting. Après tout, Hit-Monkey ne peut pas parler, laissant ainsi les dialogues à la voix de l’acteur. Il apporte différentes émotions au récit tout en délivrant quelques lignes de dialogues hilarantes à sa façon. Cela permet d’ailleurs de créer cette dynamique de Buddy-movie que l’on se devait de voir dans une série comme celle-ci. Aussi saugrenue soit-elle.

 

Visuellement, Marvel’s Hit-Monkey est jolie. C’est fluide et il y a de bonnes idées afin d’embellir le tout. Le visuel n’est pas uniquement là pour servir l’action. Certaines scènes moins poussées sont tout aussi belles. L’humanité du récit vient notamment de ce moment où Bryce apprend à Hit-Monkey qu’une personne change à jamais son existence lorsqu’il tient pour la première fois de sa vie une arme à feu en étant énervé. Il y a quelques petites surprises et références au MCU qui sont séduisantes même si c’est assez maigre et que cela a bien fait de rester comme ça. Nous avons des vilains comme Ogun et Silver Samurai de Wolverine, Fat Cobra et l’impression que X-Men pourrait bien être liée à Marvel’s Hit-Monkey dans le futur. Le premier vilain (en dehors du grand vilain) c’est Lady Bullseye (Dardevil). C’est parfait. Notamment car c’est drôle et que la série se sert intelligemment de tous ses protagonistes, vilains ou non.

 

D’ailleurs, les vilains de Marvel’s Hit-Monkey sont bien plus intéressants ici que dans de nombreuses séries Marvel (notamment The Falcon and the Winter Soldier) car tout est fait pour nous intéresser aux personnages. Les dix épisodes de Marvel’s Hit-Monkey s’enchaînent à la vitesse de l’éclair et j’ai déjà envie de voir une suite.

 

Note : 7/10. En bref, une surprise à laquelle je ne m’attendais pas du tout. C’est drôle, absurde et efficace.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article