Critique Ciné : Affamés (2021)

Critique Ciné : Affamés (2021)

Affamés // De Scott Cooper. Avec Keri Russell, Jeremy T. Thomas, Jesse Plemons et Scott Haze.

 

Tout commençait bien dans Affamés. La scène d’ouverture du film met dans une ambiance certes déjà vue mais efficace. Puis Affamés tombe dans pas mal de pièges et fini par devenir insignifiant. Scott Cooper (Crazy Heart, Les brasiers de la colère) s’essaye ici au film de monstre à la métaphore un peu fade. Il y a dans Affamés un très bon film de monstre qui se cache mais on ne le voit jamais à l’écran et c’est ce qui m’a le plus énervé car le réalisateur avait tout entre ses mains. J’aurais aimé que Scott Cooper chamboule les codes du film de monstre afin d’en faire quelque chose de neuf à sa propre sauce mais il n’en fait pas grand chose et c’est bien ça le problème. Produit par Guillermo Del Toro, Affamés est truffé de bonnes idées. C’est un conte macabre qui aborde des thématiques différentes des films de montres classiques. Peut-être que l’ambition qu’il y a derrière Affamés a glissé entre les doigts du réalisateur avec des thématiques fortes comme la famille, l’inceste, etc mais aussi car elles sont peut-être trop nombreuses et il n’en résulte finalement pas grand chose.

 

Dans une petite ville minière de l’Oregon, une institutrice et son frère policier enquêtent sur un jeune écolier. Les secrets de ce dernier vont entraîner d’effrayantes conséquences.

 

En ne parvenant jamais à se concentrer sur une seule et unique métaphore, Affamés s’égare forcément. Le vrai monstre dans Affamés a multiples formes. Est-ce la récession de la région ? La crise des opiacés ? Tout plane au dessus d’Affamés sans parvenir à réellement faire éclore quoi que ce soit d’ingénieux d’un point de vue narratif. Le film préfère s’attarder sur la psychologie parfois ronronnante de ses personnages au risque de perdre complètement son spectateur en cours de route. La mélancolie et l’ambiance morose font partie intégrante de cette aventure mais ne délivrent rien en dehors du sentiment. Scott Cooper a cependant quelque chose d’intéressant à nous proposer et c’est sa mise en scène. Il y a un vrai ton dans son film qui se ressent à l’écran et permet de garder tout de même le spectateur jusqu’au bout. Keri Russell (The Americans) et Jesse Plemons (Fargo) sont excellents dans leurs rôles et apportent le sentiment que tout n’est pas perdu mais au delà de ça, Affamés ne m’a pas laissé un souvenir impérissable là où je m’attendais à voir quelque chose de surprenant.

 

Note : 4.5/10. En bref, une bonne idée de départ ruinée par un besoin de mettre trop d’ingrédients en même temps. Reste le casting et la mise en scène pour apporter au spectateur plus qu’un énième film de monstre construit comme ses prédécesseurs.

Sorti le 17 novembre 2021 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article