Critique Ciné : Slalom (2021)

Critique Ciné : Slalom (2021)

Slalom // De Charlène Favier. Avec Noée Abita, Jérémie Renier et Marie Denarnaud.

 

Slalom est un film qui n’est pas là pour prendre des pincettes. Au contraire, le film puise tout ce qu’il peut dans ses acteurs afin de faire ressortir la cruauté et la psychologie de ses personnages. Pour un premier film, Charlène Favier frappe avec un grand coup de point sur la table et offre aussi aux spectateurs une jeune actrice, Noée Abita, pleine de talents. L’idée de parler des abus sexuels dans le sport au travers du parcours de la jeune adolescente se fait de façon immersive. On est plongé dans cette horreur sans que l’on ne puisse faire quoi que ce soit. Slalom a encore plus de poids aujourd’hui après les révélations faites sur Yannick Agnel même si ici le sport est totalement différent. Visuellement ce n’est pas un film fait de fulgurances mais d’une mécanique rodée qui n’a de cesse de prendre de court le spectateur. Le film n’est pas là pour instruire mais pour montrer une facette du monde du sport qui est bien trop souvent tue. Slalom ne serait pas aussi fort sans Noée Abita et Jérémie Renier. Les deux forment un duo juste et intense qui rend le film d’autant plus immersif dans la vie des personnages.

 

Lyz, 15 ans, vient d'intégrer une prestigieuse section ski-études du lycée de Bourg-Saint-Maurice. Fred, ex-champion et désormais entraîneur, décide de tout miser sur sa nouvelle recrue. Galvanisée par son soutien, Lyz s'investit à corps perdu, physiquement et émotionnellement. Elle enchaîne les succès mais bascule rapidement sous l'emprise absolue de Fred...

 

On sent alors chacun des acteurs habités par son rôle, signe d’une belle direction d’acteurs de la part de la réalisatrice. Slalom ce n’est pas qu’une histoire d’abus sexuels c’est aussi un récit de l’emprise que peut avoir un mentor, quelqu’un que l’on admire et qui peut facilement avoir le dessus sur nous. La scène de sexe du film est horrible mais le film n’en fait pas de voyeurisme et préfère donc créer l’intensité du moment de façon totalement différente. Slalom nous propose ainsi de plonger dans les ténèbres, ceux enfouis dans certaines personnes mal intentionnées. Visuellement c’est aussi très réussi. Charlène Favier propose des magnifiques images de ces montagnes enneigées et de scènes de ski alpin, tout en mélangeant le froid de la neige avec la psychologie cinglante du récit. Le film est donc un film fort sur un sujet tout aussi fort. Le cinéma se devait de mettre en lumière ce qui se passe encore un peu trop dans l’ombre.

 

Note : 8.5/10. En bref, un film fort où le casting et la mise en scène permettent de plonger dans les ténèbres de la psychologie humaine sur fond d’abus sexuels dans le monde du sport.

Sorti le 19 mai 2021 au cinéma - Disponible en VOD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article