Critiques Séries : And Just Like That... Saison 1. Episode 1.

Critiques Séries : And Just Like That... Saison 1. Episode 1.

And Just Like That… // Saison 1. Episode 1. Hello, It’s Me.

 

Il a tellement de reboot et de suites de séries télévisées cultes ces dernières années qu’une suite à Sex and the City (qui a connu deux films au cinéma entre temps) n’est pas étonnante. Pour autant, And Just Like That… n’est probablement pas ce que je m’attendais à voir non plus. Disons que le plus gros problème de ce premier épisode est l’absence de Kim Cattrall. Cette dernière ayant refusée de participer à And Just Like That… n’augure rien de réellement bon pour la suite. C’est sans compter sur la fin de « Hello, It’s Me » alors que la série décide de tuer… Big d’une malheureuse crise cardiaque. La relation entre Big et Carrie est l’un des éléments que j’ai toujours aimé car l’amour de ces deux personnages a toujours eu quelque chose de touchant. On n’avait pas vu toutes ces femmes depuis Sex and the City 2 au cinéma. Les deux films sont des lointains souvenirs que j’aurais préféré oublié. La scène d’ouverture de And Just Like That… manque des répliques cinglantes de Samantha Jones et c’est justement là le souci de cette suite. Surtout que la série fait en sorte de nous parler de son absence constamment.

 

Et cela ne fait que renforcer ce sentiment que Kim Cattrall (qui était mon actrice préférée de Sex and the City) me manque. On nous introduit alors de nouveaux personnages mais ce ne sont pas les nouveaux qui nous intéressent. Après tout ces derniers sont clairement des astuces narratives pour combler le vide. L’une des intrigues les plus intéressantes vient de Charlotte et sa fille Rose la rebelle. Alexa Swinton incarne Rose de façon excellente et permet de voir que And Just Like That… n’a peut-être pas tout perdue. Carrie de son côté a été embauchée dans un podcast aussi ennuyeux que donnant l’impression d’un manque cruel d’idées de la part des scénaristes. La scène du podcast dans ce premier épisode est la plus ennuyeuse de toutes. Sarah Jessica Parker n’a jamais été celle que j’aime le plus dans la série originale et elle continue de ne pas l’être dans cette suite.

 

Carrie, Charlotte et Miranda ont une vie de femmes rangées. C’est d’ailleurs aussi ce qui rend leurs aventures un peu trop pantouflardes à mes yeux. Elles passent du temps ensemble à se tailler la bavette sur tous les sujets possibles mais le scénario a du mal à réellement faire éclore tout ça. Certains moments sont ici agréables et permettent de retrouver cette petite lueur qui peut faire de And Just Like That… quelque chose avec du potentiel. La fin de ce premier épisode est elle aussi intéressante (même si j’aurais préféré que Chris Noth soit là toute la saison). Le premier épisode construit quelque chose qui est automatiquement détruit par la scène finale. On suppose donc que And Just Like That… est une série sur le deuil de l’amour de sa vie. J’espère que l’on ne va pas se coltiner le deuil toute la saison car il serait aussi bien de retrouver l’énergie de la série originale et son humour cinglant. Big a toujours été le coeur de la série et son absence risque vraiment d’être compliqué.

 

Note : 5.5/10. En bref, un retour qui malheureusement souffre de l’absence du personnage favori : Samantha Jones.

Disponible sur Salto

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article