Critiques Séries : Firebite. Saison 1. Pilot.

Critiques Séries : Firebite. Saison 1. Pilot.

Firebite // Saison 1. Episode 1. Pilot.

 

Firebite est une approche originale et différente des séries de vampire. J’ai eu l’impression de voir un mélange entre le genre vampire avec des séries comme Deadwood ou Carnivale. Sauf que l’angle australien de Firebite permet de découvrir de nouvelles traditions et surtout une histoire bien plus mystérieuse. Créée par Warwick Thornton et Brandan Fletcher, Firebite est une série mi-comédie ni-horreur qui se situe dans une mine reculée du fin fond de l’Australie du Sud. La série suit deux chasseurs de vampire indigènes (Tyson et Shanika) qui traquent la dernière colonie de vampires. En cherchant à mélanger cette mythologie vue et revue dans de nombreuses fictions, les créateurs de Firebite cherchent à nous offrir un western vampirique. Les vampires de cette série ne sont pas du tout ces personnages romantiques à la vie tragique mais bel et bien des monstres. Les fameux « Blood Hunters », ces chasseurs héros de Firebite, ont presque tous disparus donc tout repose sur Tyson et Shanika.

 

Deux chasseurs australiens indigènes, Tyson et Shanika, poursuivent et combattent la dernière colonie de vampires au milieu du désert d'Australie du Sud.

 

Le côté souvent pulp de Firebite est fascinant. On se rapproche même par moment de Preacher (également d’AMC) et la série est tellement énergique qu’elle ne lâche pas son téléspectateur. Car d’un point de vu purement scénaristique, tout n’est pas parfait dans Firebite. La série se laisse porter par l’histoire et ses personnages, comme si elle cherchait à lever le pied de la pédale. Mais certains de ces moments plus calmes permettent aussi de s’attarder sur les personnages et la relation entre Tyson et Shanika.

 

« What’s the difference between a racist and a vampire? »

« What? »

« One’s got a really small brain »

 

Les enjeux dans Firebite ne sont pas seulement personnels ils sont aussi culturels et politiques. Ce sont des indigènes en Australie et forcément la série parvient à créer un sous texte. La guerre entre les vampires et les Blood Hunters a lieu depuis des milliers d’années et ces derniers pensaient avoir éliminé tous les spécimens. Firebite prend suffisamment le temps de dépeindre la personnalité de ses personnages afin de nous attacher à leur aventure ce qui est une excellente chose. Le fait que cela soit aussi délivré du point de vue des indigènes est une excellente idée qui s’inscrit dans la lignée de séries récentes qui font la même chose comme Reservtion Dogs (l’une de mes séries préférées de 2021). Je n’ai qu’une envie, déjà voir la suite de la saison.

 

Note : 7.5/10. En bref, une introduction étonnante mélangeant le western pulp à un récit de vampires ancré dans un commentaire culturel et politique.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article