Invasion (Saison 1, 10 épisodes) : poésie humaine sur fond d'invasion alien

Invasion (Saison 1, 10 épisodes) : poésie humaine sur fond d'invasion alien

Invasion n’est pas une série comme les autres. L’une des dernières séries proposées sur Apple TV+ est une série sur des humains avant d’être une série sur une « Invasion » alien. Car finalement les Aliens n’ont pas une place importante en dehors d’être omniprésent hors caméra. Simon Kinberg (Seul sur Mars, Logan) et David Weil (Solos, Hunters) nous plongent donc dans la vie de plusieurs personnages aux quatre coins du monde. J’ai toujours aimé les séries d’invasion alien qui permettent de rendre compte de ce qui se passe en dehors du sol du pays dans laquelle la série est produite. Cela permet alors de créer quelque chose de poétique et de très humain. L’une des richesses les plus intéressantes dans les séries de science fiction reste l’humanité de celle-ci et Invasion parvient à changer de ce que l’on voit habituellement du genre. C’est rafraichissant et certains épisodes sont des exercices de style merveilleux. Je pense notamment à « Hope », l’épisode le plus court de la saison qui se transforme en un film d’horreur d’un peu plus de trente minutes. Les jump-scares sont soigneusement exploités, les personnages utilisés de façon intelligente et la mise en scène brillante.

 

« Hope » c’est un peu le Pas un Bruit de Invasion et Amanda Marsalis (Échanges Park, Umbrella Academy) nous offre un vrai film d’horreur. Golshifteh Farahani (Un Divan à Tunis) est aussi l’une des raisons de la réussite de cet épisode. Son personnage grandi au fil des épisodes. C’est une mère de famille et cette intrigue familiale au sein de Invasion permet de créer le sentiment qui ressort dès le début : Invasion est une série sur les êtres humains. Ce qui fait tout le succès d’Invasion et pour moi l’une des meilleures créations de 2021 c’est le fait que des situations extrêmes amènent les personnages à révéler leur vraie nature. Tout le monde subit les conséquences terribles de ce qui se passe et Aneesha est mon personnage fétiche tout au long de la saison. Certaines scènes qu’elle incarne sont crève coeur mais permettent de créer une émotion vive et naturelle à l’écran. Plutôt que de ne parler que de l’invasion en elle-même, Aneesha apprend au début que son mari et père de ses deux enfants la trompe avec une modèle Instagram.

 

Le bus d’ados à Londres m’a donné l’impression de voir Sa Majesté des Mouches. C’est un moment suffisamment bon et bien construit qui permet de créer de l’empathie envers les personnages. Les ados ne savent pas quoi faire et n’arrivent pas à se mettre d’accord et Monty tente de contrôler la situation et d’intimider ceux qui se mettent en travers de son chemin. Il y a dans toutes les aventures présentées dans Invasion des moments fascinants qui capturent l’humanité à son paroxysme. Tout est une question d’émotions dans Invasion et forcément certains seront totalement hermétiques à la série. Notamment car elle prend son temps. C’est une série qui aime montrer les personnages et créer leurs retranchements au fil du temps. Tout n’est pas vraiment action dès le départ car le but n’est pas de voir les Aliens (même si on les voit dans la seconde partie de la saison) mais plutôt de voir ce que cela a comme conséquence sur la vie de tous ces gens.

 

La partie se déroulant au Japon est magnifique. C’est sur la relation entre Hinata (une astronaute) et Mitsuki que Invasion se concentre en grande partie. Mitsuki est parfaite dans la série, grâce au talent de Shioli Kutsuna. Je dois avouer que toute la poésie qui se dégage de son histoire et sa volonté de découvrir ce qui s’est passé avec Hinata alors que l’administration de la JASA veut étouffer l’affaire est brillante. Invasion aime aussi jouer avec la moralité de ses personnages imparfaits afin de créer une tension. C’est clairement ce qui se passe avec Trevante, notre soldat américain en Afghanistan qui est témoin de la première manifestation étrange de la série. Mais Invasion va réussir à créer une sorte de parallèle entre l’invasion américaine sur le sol afghan et l’invasion des Aliens. C’est là que la morale de l’histoire est fascinante et toute la série s’intéresse à ce genre de choses.

 

Invasion préfère donc se concentrer sur ce que les personnages font et comment ceux-ci traitent les autres. L’une des plus belles scènes de la série est probablement celle d’un afghan proposant son aide à Trevante afin de retrouver son chemin dans le désert alors qu’ils ne partagent pas la même langue. Dans un sens, Invasion veut aussi créer une unité chez les personnages qui malgré leurs différences et différents peuvent s’unir. Dans un sens, les Aliens ne sont pas vraiment ce que j’ai préféré dans Invasion. Ils sont une excuse afin de créer une série humaine mais visuellement les Aliens sont à la fois originaux et travaillés. Si souvent les Aliens sont dépeints de la même façon dans les séries ou au cinéma, Invasion préfère le faire de façon originale.

 

Note : 9/10. En bref, une série à l’humanité profonde qui utilise l’invasion alien comme mécanique afin de créer un récit de SF poétique et magnifique.

Disponible sur Apple TV+

Apple a renouvelé Invasion pour une saison 2

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article