Critiques Séries : And Just Like That... Saison 1. Episodes 7 et 8.

Critiques Séries : And Just Like That... Saison 1. Episodes 7 et 8.

And Just Like That… // Saison 1. Episodes 7 et 8. Sex and the Widow / Bewitched, Bothered and Bewildered.

 

Plus on avance dans la saison de And Just Like That est plus je trouve cette série sans idée, sans folie et presque insipide par moment. Sex and the City était une série avec de la folie, des surprises et des situations aussi touchantes que drôles. Maintenant And Just Like That c’est un peu la version momifiée de Sex and the City. Le titre de l’épisode 1.07 « Sex and the Widow » est une référence à la série originale mais rien de neuf sous le soleil. Le rencard de Carrie est loin d’être romantique et finalement la personne qui semble avoir la vie sexuelle la plus épanouie actuellement est Miranda. Comme quoi, tout peut arriver. Mais une fois de plus, dans un épisode qui parle de sexe et de rencontres, Samantha manque à l’appel. And Just Like That a du mal à parler de ces sujets sans son personnage iconique. C’est sans parler de ce montage sur Eye of the Tiger où l’on suit des séances de tennis. J’ai l’impression que les scénaristes ont tellement de temps à dépenser qu’ils doivent remplir les épisodes avec ce genre de séquences inutiles.

 

Miranda veut recréer ce moment de sexe avec Che avec on mari sauf que la relation entre Miranda et Steve semble vouée à un véritable échec désormais. Cynthia Nixon continue d’être le meilleur élément de And Just Like That à ma plus grande surprise. La façon dont la série exploite son récit me plait alors que les autres personnages m’ennuient terriblement. Je reproche beaucoup de choses à And Just Like That et notamment cette mauvaise impression que l’on a droit à Sex and the City 3 (le film qui était prévu au départ avant d’être annulé) sur dix épisodes. Il n’y a pas assez de matière et cela se ressent car les scénaristes tirent en longueur tout un tas de choses en espérant que cela fonctionne. Carrie a toujours du mal à se faire à la mort de Big (ce qui se comprend dans un sens). La seule chose qui m’ait plu avec Carrie c’est de la voir à nouveau derrière son ordinateur.

 

Cela ne change pas forcément avec l’épisode 1.08. Carrie revisite son propre passé ce qui dans un sens aurait pu donner quelque chose mais n’offre rien de neuf non plus. J’ai cette impression que And Just Like That aime se répéter. Peut-être est-ce l’âge qui fait ça. Che Diaz est un personnage que l’on peut aimer et détester à la fois et ce paradoxe est forcément un petit problème. Sauf que je l’ai adoré au début de cet épisode. C’est même l’une des rares scènes intéressantes ici. Miranda de son côté continue d’évoluer elle aussi et pas de stagner comme le reste du casting qui m’ennuie terriblement. Cynthia Nixon et David Eigenberg ont une vraie alchimie à l’écran aussi, ce qui aide grandement à faire évoluer le récit. Le passé de Carrie qui revient sous les traits de son nouveau voisin aurait pu aussi créer la surprise mais And Just Like That n’arrive pas à utiliser la nostalgie à bon escient. Plus on avance dans la saison et plus celle-ci est devenue inintéressante autour de son héroïne alors que le point de départ (la mort de Big) était un angle d’attaque pertinent. Sans parler de l’histoire de Harry et Charlotte qui devient l’ombre d’elle-même.

 

Note : 4.5/10. En bref, And Just Like That m’a fait perdre patience et confiance en l’idée qu’une saison 2 serait une bonne idée.

Disponible sur Salto US+24

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article