Rules of the Game (Mini-series, 4 épisodes) : malaise en entreprise

Rules of the Game (Mini-series, 4 épisodes) : malaise en entreprise

Parler de harcèlement au travail est quelque chose que de nombreuses séries font et Rules of the Game tente de nous plonger dans une terrible aventure durant ces quatre épisodes. Ruth Fowler (Fairies Beseball) dont c’est la première création, gâche bien souvent le potentiel de son récit. Le point de départ est plutôt dynamique et surtout intéressant. Sauf que Rules of the Game se prend rapidement les pieds dans le tapis, comme si l’histoire était trop ambitieuse à raconter et que la créatrice ne savait pas forcément quoi en faire durant autant d’épisodes. On nous donne un mystère et cela prend tout de même tous les épisodes afin de découvrir la fin de toutes les histoires. J’aurais préféré que Rules of the Game distille petit à petit son récit afin de nous surprendre. Certains éléments sont excellents d’autres bien trop mauvais pour faire de cette série la surprise que j’attendais. Maxine Peake est plutôt convaincante dans le rôle de l’héroïne et permet finalement aussi de donner envie de rester devant toute la saison.

 

Lorsque la nouvelle directrice des ressources humaines Maya commence son boulot chez Fly, elle tente de bousculer l’ancienne culture d’entreprise tout en enquêtant sur des affaires de harcèlement.

 

Rules of the Game ne sait pas sur quel pied danser. La série mélange donc drame d’entreprise, drame social et série policière. On nous trimbale de scènes en scènes et d’épisodes en épisodes sans que cela ait l’impact voulu. J’aurais aimé être bouleversé par ce récit mais le manque cruel d’émotions et ce sentiment assez froid n’aident pas vraiment. Beaucoup de personnages ne sont pas attachants et même peu croyables. Avec plein de twists dans tous les sens, Rules of the Game oublie donc de réellement recentrer son histoire. On s’égare en chemin et il est assez difficile de voir où la série veut en venir à un moment donné. Je pense notamment au second épisode, bien trop médiocre pour créer l’engouement et la curiosité nécessaire.

 

Les dialogues ne sont pas mémorables non plus et ne permettent pas forcément de créer l’engouement nécessaire. J’étais curieux de découvrir Rules of the Game car elle sortait un peu des sentiers battus tant dans son introduction que dans le synopsis de départ. La résolution finale apparaît même bâclée, comme si Ruth Fowler ne savait plus comment conclure son histoire et balance alors tout de façon simpliste sans se rappeler de ce qu’elle a pu écrire dans les épisodes précédents. Je me demande si l’erreur de Rules of the Game n’est pas d’avoir proposé une intrigue trop maigre pour tenir autant de temps. Dans un sens, Rules of the Game aurait pu être construite comme une anthologie avec quatre aventures différentes se déroulant dans des entreprises différentes afin de donner une vraie perspective et des points de vue. Ce n’est pas le cas dans cette mini-série. Dommage.

 

Note : 3/10. En bref, une perte de temps qui pourtant partait bien mais finie en eau de boudin.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article