Critiques Séries : Law & Order. Saison 21. Episode 1.

Critiques Séries : Law & Order. Saison 21. Episode 1.

Law & Order // Saison 21. Episode 1. The Right Thing.

 

Dick Wolf a su asseoir son nom sur trois soirées aux Etats-Unis (les trois séries FBI le mardi sur CBS, les trois séries Chicago le mercredi sur NBC et maintenant le trio Law & Order le jeudi sur NBC également). Si au départ un spin off était envisagé (Law & Order: For the Defense), NBC a finalement décidé de faire revenir la série originale et emblématique : Law & Order. Ce que j’ai toujours aimé dans cette franchise ce sont les scènes ouvrant les épisodes où l’on rencontre des personnages et ensuite nous avons un corps puis le générique. Ce premier épisode de la saison 21 (!) de Law & Order abandonne complètement cela et se concentre donc sur la victime de l’épisode : Henry King dont le récit a clairement été inspiré par l’histoire de Bill Cosby. C’est un cold-open qui n’a rien de mémorable et donne l’impression de retrouver les heures sombres de cette série où elle ne savait plus nécessairement quoi raconter comme histoires policières et judiciaires.

 

457ème épisode de la série, « The Right Thing » n’est pas vraiment l’épisode que j’attendais pour le retour de cette série emblématique. J’ai même pensé tout au long de l’épisode que celle-ci nous offrirait un vrai twist digne de ce nom qui permettrait alors de bousculer complètement tout ce que Law & Order a fait dans cet épisode. Mais il n’en est rien. L’interrogatoire est lui-même un échec total, symbolisant les pires séries policières. Les dialogues ne sont pas spécialement bons et l’ensemble ne parvient pas à être réaliste comme Law & Order a toujours voulu l’être. D’un point de vue policier le travail du scénario est donc complètement bâclé. Pire que ça, l’introduction du petit nouveau détective est elle aussi un échec. Jeffrey Donovan (Fargo, Burn Notice) est quelqu’un que j’aime beaucoup mais Cosgrove devient déjà le pire personnage de Law & Order. Quand une série fait une pause de douze ans on est en droit d’attendre quelque chose de celle-ci mais on nous sert la soupe que Dick Wolf avait fait avec Law & Order: Los Angeles.

 

« The Right Thing » ne fait donc pas les choses bien et je suis persuadé que dans la série originale (donc les vingt saisons précédentes), ce n’est pas un scénario qui aurait été retenu. Le nouveau casting n’arrive pas à faire sensation. Il faut donc se contenter d’Anthony Anderson (qui reprend le rôle de Bernard), Camryn Manheim (qui reprend le rôle de Dixon) et Sam Waterston (qui reprend le rôle de McCoy) pour tenter de séduire un spectateur fan de la série. Le ton de cet épisode a du mal à renouer avec l’énergie de la série originale et j’espère que les scénaristes vont rapidement se remettre au boulot car ce premier épisode ne va pas du tout. Rick Eid, qui a pourtant écrit des épisodes de la série originale, rapproche ici Law & Order plus de Chicago P.D (dont il a été showrunner) ou FBI (dont il a écrit 16 épisodes) que de la série que l’on a laissé il y a douze ans. Dommage car j’étais curieux et excité à l’idée de retrouver Law & Order mais là je suis déçu.

 

Note : 4/10. En bref, un retour qui n’a rien à voir avec la série originale. Cet épisode passe à côté de plein de choses qui faisaient son succès.

New York : Police Judiciaire - Prochainement sur TF1

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article