From (Saison 1, épisodes 1 à 3) : ville cauchemardesque pour modeste aventure

From (Saison 1, épisodes 1 à 3) : ville cauchemardesque pour modeste aventure

Je pense que j’attendais un peu trop de From. Au premier abord, From a tout du récit inspiré par les romans de Stephen King et ces petites villes américaines qui vous hantent et qui sont toutes plus mystérieuses les unes que les autres. Pour autant, From n’arrive pas à être réellement percutante. La série mélange donc ici le fantastique avec l’horreur et cela peut être un bon choix. Créée par John Griffin (The Twlight Zone) et produite par Anthony et Joe Russo, la série ne perd pas de temps à créer son univers de petite ville cauchemardesque. On retrouve alors tous les éléments que l’on peut attendre d’une telle histoire sans le brin de folie qui lui permettrait de se révéler. Ce que l’on nous révèle rapidement c’est qu’une fois la nuit tombée des créatures viennent hanter les habitants et le shérif Stevens (incarnée par Harold Perrineau) est là pour sonner la cloche afin de signifier à tout le monde de rester chez eux.

 

Une ville cauchemardesque du centre des Etats-Unis piège tous ceux qui y entrent. Alors que les habitants, malgré eux, se battent pour conserver un sentiment de normalité et cherchent une issue, ils doivent également survivre aux menaces de la forêt environnante, notamment aux créatures terrifiantes qui sortent lorsque le soleil se couche.

 

Le fait que From ne perde pas de temps à nous faire comprendre ce vers quoi on se dirige est une bonne idée. Cela permet d’éviter de tourner autour du pot et de suggérer trop de choses qui n’auraient pas suffisamment d’impact. Mais From a un énorme défaut et ce sont les dialogues. Si Harold Perrineau (Oz, Lost) parvient à sauver ses propres dialogues, le reste des personnages a énormément de mal à devenir intéressant ou à exister. Il faut donc se concentrer sur les effets horrifiques de la série et les créatures qui débarquent de temps en temps. On découvre aussi avec la nouvelle famille (Tabitha, Jim et leurs enfants) qu’il y a une sorte de boucle dimensionnelle dont on ne peut s’échapper. Non seulement les nouveaux ne peuvent s’échapper mais les anciens habitants aussi, piégés par les monstres et créatures qui débarquent la nuit.

 

Cela pourrait être suffisamment terrifiant et donc intéressant si From avait suffisamment emprunté à ses propres influences de série B. Au fil de ces trois épisodes la série rend de plus en plus curieux mais a aussi du mal à créer des personnages intéressants en dehors de son shérif (et héros). Certains personnages secondaires sont tellement creux et fades qu’il est difficile de s’intéresser à ce qu’ils nous racontent. Cela donne alors cette mauvaise impression que les scénaristes sont là pour remplir des épisodes avec du vide. Si les personnages secondaires étaient plus intéressants alors on aurait un véritable but. Comme la nouvelle famille qui n’a rien à faire réellement dans ces trois épisodes et dont le but semble assez clair : ils vont mourir. Bien qu’il y ait pas mal de choses intéressantes dans ces trois épisodes qui donnent envie de revenir, il y a aussi d’autres choses bien plus ennuyeuses qui n’aident pas à apprécier la totalité.

 

Note : 4.5/10. En bref, une introduction qui a ses qualités mais aussi des personnages secondaires trop creux et fades pour que l’on s’investisse réellement dans ce que le créateur veut nous dire.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article