Leverage: Redemption (Saison 1, épisodes 9 à 16) : arnaqueurs au grand coeur

Leverage: Redemption (Saison 1, épisodes 9 à 16) : arnaqueurs au grand coeur

Leverage était une série amusante, divertissante avec des personnages attachants. Son retour n’était probablement pas celui que j’attendais voir mais la première partie de la saison 1 de Leverage: Redemption était réussie. Avec l’arrivée de Noah Wyle pour remplacer Timothy Hutton et le retour du reste de l’équipe la série a su renouer avec ce qui faisait son charme à l’époque. Parfois les intrigues étaient trop légères, peut-être moins importantes que dans la série originale mais cela faisait un bien fou. J’était passé à côté de la diffusion de la seconde partie de la saison 1 que j’ai pris le temps de rattraper et quelle agréable surprise ce fût pour moi. Cette seconde partie de saison nous offre des histoires plus importantes et mieux ficelées tout en développant encore le personnage de Harry Wilson. Tout commence avec un épisode de Noël plutôt bien ficelé et amusant. « The Bucket Job » était un parfait moyen de démarrer la seconde partie de la saison avec de l’espionnage, de l’action, des twists et une évolution constante des personnages.

 

La seconde partie de la saison permet aussi de mettre Harry et Breana au test. On passe d’un gourou du bien-être à un entrepreneur soit-disant écolo qui pollue, ou encore arrêter un groupe flics corrompus. L’épisode le plus intéressant pour Harry est probablement « The Muddy Waters Job ». C’est un épisode qui permet de plonger un peu plus dans l’histoire du personnage et qui aurait clairement pu être appelé l’épisode de Harry Wilson. Noah Wyle a plus de choses à faire ici alors que son personnage se développe de façon intelligente. J’aime beaucoup la scène entre Harry et Elliot lorsqu’il demande s’il pensait qu’il resterait dans l’équipe autant de temps. Dans un sens Harry n’a pas été testé par le reste de l’équipe mais sa place s’est construite de façon tellement naturelle que l’on ne peut qu’apprécier le résultat. A côté de ça, Aleyse Shannon a elle aussi l’occasion de développer le personnage de Breana. Notamment dans « The Great Train Job ».

 

Bien entendu, Leverage: Redemption se devait de se concentrer sur le casting original en apportant quelques petites touches au fil des épisodes. C’est ce qui a été fait dans la première partie de la saison alors que la seconde donne plus de choses à faire aux nouveaux. Sophie de son côté continue d’être la mentor parfaite pour Harry et Breana. J’ai toujours aimé Sophie et Gina Bellman a su prendre une place qu’elle n’avait pas forcément dans la série originale à cause de Timothy Hutton (qui d’ailleurs n’était pas mon préféré parmi les membres du casting). Cette seconde partie de la saison prouve que les scénaristes de Leverage: Redemption ont des idées et qu’ils savent les mettre en forme. Les personnages sont mieux développés et plus nuancés alors que les intrigues de la semaine sont toutes originales et complémentaires avec tout ce qui a déjà été fait dans Leverage auparavant.

 

Je suis heureux de savoir qu’il y aura une saison 2 car Leverage: Redemption mérite amplement de revenir. L’équipe est attachante et c’est le parfait divertissement comme on n’en a plus à la télévision. On retrouve cette énergie un brin cynique dans le genre qu’est la série d’action qui a disparu depuis plusieurs années. Leverage était un clair hommage à ces séries des années 80 et 90 où les personnages étaient plus importants que le reste. Leverage: Redemption reste sur la même longueur d’ondes avec les mêmes tics de mise en scène, les répliques ciselées et l’utilisation toujours soignée des personnages quoi qu’ils fassent.

 

Note : 7/10. En bref, quel plaisir que d’avoir retrouvé Leverage. Cette seconde partie de saison, plus réussie que la première prouve que la série méritait bien une suite.

Prochainement en France

IMDb TV a renouvelé Leverage: Redemption pour une saison 2

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article