Weekend Family (Saison 1, 8 épisodes) : une famille recomposée de plus

Weekend Family (Saison 1, 8 épisodes) : une famille recomposée de plus

Je me demande si Disney+ fait un concours avec Amazon Prime Video de la série française la plus ridicule. On a beau pousser la production originale française avec les plateformes de streaming américaine, ce n’est pas pour autant que celles-ci s’engagent sur produire des séries intéressantes. Si le principe de départ de Weekend Family est clairement fait pour le public de Disney+ (une comédie familiale), rien de ce qui est fait ici sort du sentier battu de la comédie française et familiale. On se retrouve avec des dialogues téléphonés et surtout que l’on a déjà entendu plusieurs fois dans les productions françaises qui fleurissent par centaines sur les écrans en France. Eric Judor en père de famille cela change de l’humour absurde qui l’a fait connaître et si j’apprécie ce presque contre emploi, cela ramolli un peu sa capacité à produire des séquences humoristiques intéressantes. Annelise Hesme, bien plus à l’aise, trouve ici un rôle convenu certes mais efficace.

 

Week-end Family nous plonge au cœur d’une tribu « super recomposée » : un père, ses ex, ses filles… Et sa nouvelle compagne. Une tribu chaotique, drôle, et irrésistible qui se retrouve chaque week-end.

 

Les familles recomposées on les connaît déjà sur le petit comme le grand écran (on avait même une Papa ou Maman adapté par la suite par M6 en série) mais est-ce que l’on a envie de voir une énième histoire qui ressemble aux autres ? Pas sûr. En tout cas, Weekend Family a du mal à créer quelque chose qui tient à cause d’un manque cruel de structure. Là où Weekend Family aurait pu être amusante, cette première comédie française signée Disney+ est plus vite oubliée qu’autre chose. Après huit épisodes je ne retiens pas grand chose de cette famille malgré le fait que Eric Judor et Annelise Hesme tentent de faire de leur mieux pour nous faire apprécier l’ensemble. Tout est fait pour plaire aux petits comme aux grands, ce qui reste la ligne éditoriale de Disney+ mais en s’éloignant des talents d’Eric Judor, la série perd forcément une source d’énergie forte. Weekend Family mélange alors des gags qui ont clairement été écrit pour l’acteur et d’autres situations mettant en avant les enfants.

 

Sauf que les enfants ne sont pas spécialement intéressants. Les faiblesses d’écriture de la série se ressentent à chaque épisode. Les gags tombent alors à plat et le récit ne parvient jamais à décoller. Baptiste Filleul (Cherif, Mongeville) nous plonge donc dans des appartements parisiens sans apporter une once de saveur. L’exploitation des décors est tellement maigre qu’il est difficile de sortir de ce cocon qui aurait pourtant pu être un élan créatif (à la manière de bons vaudevilles français). Les seconds rôles n’existent pas vraiment, la faute à des dialogues rectilignes et fades. La série tente aussi la psychanalyse de la paternité ce qui renforce une fois de plus le fait que le récit ne cherche pas à être simple mais à insérer tous les produits utilisés par le cinéma français.

 

Même d’un point de vue de la mise en scène, Pierre-François Martin-Laval (Gaston Lagaffe, Les Profs) et Sophie Reine (Cigarettes et chocolat chaud) ne proposent rien. Ils donnent l’impression d’être ici des zombies mitonnés par le script voulu par Disney+. C’est donc très plat et cela créé une sorte de barrière qui empêche Weekend Family de devenir une comédie chaleureuse. La série évite donc de choquer le spectateur et restera sur les étagères poussiéreuses du service de streaming américain à moins que vous aillez envie de tenter l’aventure.

 

Note : 3/10. En bref, Weekend Family se repose sur Eric Judor mais n’en exploite presque pas le talent comique. On se retrouve dans une incursion française polissée sans grand intérêt.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article