Critique Ciné : Ambulance (2022)

Critique Ciné : Ambulance (2022)

Ambulance // De Michael Bay. Avec Jake Gyllenhaal et Yahya Abdul-Mateen II.

 

Il y a dans Ambulance une ambiance de film d’action des années 90 et le fait que dans les dialogues Michael Bay ait inséré des références à deux de ses films (The Rock et Bad Boys) n’est probablement pas anodin. On retrouve le cinéma de Michael Bay dans Ambulance à tous les coins de rue, celui qui sans avoir besoin d’être inspiré, nous offre des moments d’action intenses sans chercher à rendre ses personnages plus impressionnants. On sent qu’il a aussi été chercher du côté de Speed (de Jan de Bont). Il voulait réaliser Speed et c’est finalement un autre réalisateur qui a eu le film donc Ambulance est un peu ce qu’il voulait faire comme premier film de sa carrière, des années après. Le film veut aussi parler avec un sous texte du rêve américain et de la façon dont les vétérans ne sont pas reconnus à la hauteur de leur sacrifice (ici lorsque la femme de Will doit se faire opérer mais que ce n’est pas couvert par l’assurance maladie). C’est terrifiant et en même temps cela donne aussi du crédit à l’action du personnage tout en offrant un portrait efficace.

 

Will Sharp, un vétéran décoré fait appel à la seule personne indigne de confiance, son frère adoptif Danny pour trouver l’argent afin de couvrir les frais médicaux de sa femme. Ce dernier, un charismatique criminel au long cours, au lieu de lui donner de l’argent, lui propose un coup : le plus grand braquage de banque de l’histoire de Los Angeles : 32 millions de dollars. Will, prêt à tout pour sauver sa femme, accepte. Mais quand leur affaire prend un tour spectaculairement désastreux, les deux frères n’ont pas d’autre choix que de détourner une ambulance avec à son bord un vieux flic mortellement blessé et l’ambulancière Cam Thompson.

 

Ambulance est aussi un film qui exploite la démesure dont fait souvent preuve Michael Bay. Le réalisateur aime nous en mettre plein la vue et l’on a clairement ce que l’on mérite ici. Si le réalisateur a découvert les drones et en abuse un peu trop quitte à donner le tournis, le film en lui-même décolle réellement lorsque nous sommes dans l’ambulance. Le braquage en lui-même est efficace mais pas ce que l’on ait pu voir de mieux dans le genre. Los Angeles est ici prise à partie, comme le héros principal du film où les rues et ces grandes autoroutes traversant la ville deviennent un vrai terrain de jeu. Le réalisateur s’amuse comme un fou et le casting, très réussi, apporte un peu de corps à l’ouvrage. L’idée du temps réel (clairement reprise à Speed) permet de créer un film à l’adrénaline qui ne descend jamais mais qui au contraire fait tout l’inverse. Ambulance sait donc s’amuser avec son spectateur et nous offre un film de folie qui fait plaisir à voir et du bien au cinéma.

 

Note : 7/10. En bref, film d’action survitaminé, biberonné aux années 90 et qui sans temps mort délivre le divertissement attendu et demandé.

Sorti le 23 mars 2022 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article