Critique Ciné : L'Etreinte (2021)

Critique Ciné : L'Etreinte (2021)

L’Etreinte // De Ludovic Bergery. Avec Emmanuelle Béart, Vincent Dedienne et Tibo Vanderborre.

 

Ludovic Bergery filme ses personnages avec une certaine légèreté. Emmanuelle Béart signe ici son retour devant la caméra avec un rôle touchant et sensible qui lui va comme un gant. Le film est sobre du début à la fin, laissant parfois le silence prendre le pas sur les dialogues pour finalement en dire beaucoup plus. Je ne m’attendais pas à être aussi touché par l’actrice dans ce rôle si simpliste et pourtant si émotif. Les émotions, soigneusement mises en scène parvient ainsi à nous toucher sans chichi. Le deuil n’est pas la chose la plus simple à surmonter et L’Etreinte en fait un portrait de femme étonnant, épuré de toute esbroufe ce qui permet de se concentrer sur les émotions du casting. Ajoutez à la mise en scène la photographie de Martin Roux et alors L’Etreinte vous emporte, vous étreint tout simplement. La façon de jouer avec les couleurs et les angles de caméra donnent tout de suite un charme qui imprègne le spectateur sans jamais le laisser tomber. Tout n’est pas parfait dans L’Etreinte mais ce sont des moments de vie que l’on partage avec Margaux, comme si l’on était à ses côtés dans les rues de Paris au gré de ses rencontres.

 

Margaux a perdu son mari et commence une nouvelle vie. Elle s’installe chez sa sœur et s’inscrit à l’université pour reprendre des études de littérature. Mais rapidement, elle ressent le besoin d’autres émotions. Elle part en quête d’amour, au risque de s’y perdre...

 

Il y a une scène qui m’a beaucoup touché (enfin, il y en a plusieurs) et elle est au milieu du film alors qu’elle se décide de rencontrer un homme qu’elle a trouvé sur un site de rencontres. On sent tout de suite Emmanuelle Béart impliquée dans son rôle afin de laisser transparaître ce que son personnage ressent. Le flot d’émotions va rapidement être évacué dans une scène de nuit dans les rues de Paris alors qu’elle éclate en sanglots. L’autre scène qui m’a marqué est probablement celle du hamam et de ces corps qui baisent (tout simplement). C’est érotique et en même temps pudique par le regard que pose Margaux sur la scène qu’elle a sous ses yeux. La relation entre Emmanuelle Béart et Vincent Dedienne est assez simple, parfois excellente comme parfois un peu trop distante du reste. Les échanges sont assez sympathiques mais donnent parfois l’impression d’être là sans être justifiés. Au final, L’Etreinte est un film imparfait mais qui nous offre plein de beaux moments touchants et une Emmanuelle Béart qui a choisi le rôle parfait pour son retour.

 

Note : 7/10. En bref, Emmanuelle Béart crève l’écran.

Sorti le 19 mai 2021 au cinéma - Disponible en VOD, DVD/Blu-ray et sur myCanal

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article