Critique Ciné : Suprêmes (2021)

Critique Ciné : Suprêmes (2021)

Suprêmes // De Audrey Estrougo. Avec Théo Christine, Sandor Funtek et Félix Lefebvre.

 

Suprêmes nous raconte la création et l’ascension d’un des groupes de rap les plus mythiques des années 90 et qui encore aujourd’hui reste dans les mémoires. Les débuts de NTM n’ont pas forcément été les plus roses de tous mais Suprêmes vient avant tout nous parler de la vie des deux héros : JoeyStarr et Kool Shen. Théo Christine et Sandor Funtek se glissent dans la peau de ces deux personnalités emblématiques et de leurs problèmes personnels. Suprêmes s’inspire clairement du livre de JoeyStarr sur sa relation avec son père ou encore à la drogue. C’est soigneusement écrit et l’on se prend souvent une claque d’émotions en pleine figure. Audrey Estrougo se retrouve à filmer tous ces mecs d’une cité du 93 mais apporte une vraie sensibilité au delà du monde de brutes dans lequel nous sommes (les émeutes dans les quartiers, le succès grandissant de NTM et ce nom si particulier, etc.). Il faut bien avouer que Suprêmes n’aurait jamais pu se faire dans les vrais créateurs de NTM et ceux-ci ont chapeauté le film, lui permettant d’avoir un angle réaliste et en plus de ça d’être validé par les protagonistes.

 

1989. Dans les cités déshéritées du 93, une bande de copains trouve un moyen d’expression grâce au mouvement hip-hop tout juste arrivé en France. Après la danse et le graff, JoeyStarr et Kool Shen se mettent à écrire des textes de rap imprégnés par la colère qui couve dans les banlieues. Leurs rythmes enfiévrés et leurs textes révoltés ne tardent pas à galvaniser les foules et … à se heurter aux autorités. Mais peu importe, le Suprême NTM est né et avec lui le rap français fait des débuts fracassants !

 

Le casting était important et il se trouve être parfait. Les deux acteurs principaux se glissent avec brio dans la peau de nos deux comparses. C’est avec une certaine tendresse mais pas sans brutalité que Suprêmes enchaîne et ne nous laisse jamais sur le carreau. Cette ascension chaotique méritait d’être portée à l’écran, de leur première maquette à leur premier Zenith. Au delà de l’histoire des débuts de NTM, Suprêmes c’est aussi l’histoire personnelle et intime de JoeyStarr. Il y a quelque chose de véritablement touchant ici qui ne tombe jamais dans le mélo mais permet de rendre compte de la dure réalité de son existence. On prend ainsi mieux la carapace et tout ce qui a pu faire de JoeyStarr ce qu’il est aujourd’hui. Suprêmes n’oublie pas quelques répliques amusantes afin d’éviter le film dépressif ou trop brut. Les petites répliques délirantes glissées entre deux séquences fortes permettent de trouver le bel équilibre. Audrey Estrougo de son côté, film Suprêmes comme un Rocky Balboa et parvient à restituer l’ambiance des années 90 à la perfection.

 

Note : 8/10. En bref, un biopic plus qu’étonnant et surtout réussi.

Sorti le 24 novembre 2021 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article