Critiques Séries : Severance. Saison 1. Episode 3.

Critiques Séries : Severance. Saison 1. Episode 3.

Severance // Saison 1. Episode 3. In Perpetuity.

 

S’il y a bien quelque chose d’intéressant dans Severance c’est la capacité de la série à nous faire douter de tout. Apple TV+ est probablement la plateforme la plus sous-côtée tant les fictions qu’elle propose sont de qualité assez exemplaire. Une grande partie de Severance dans les trois premiers épisodes de la saison se concentre sur la façon dont notre perception du monde est liée aux souvenirs. Le rapport aux émotions est intéressant et permet aussi de comprendre le but de la création de Severance : le fait que les humains sont plus productifs au travail lorsqu’ils laissent les émotions de leur vie personnelle en dehors. Cela part d’un constat et d’un principe simple mais dans Severance ce n’est pas aussi simple que ça non plus. Helly est un personnage intelligent, peut-être même trop (non pas pour le récit mais pour son histoire dans la série). J’aime bien le fait que Severance ne cherche pas à simplifier son univers. Au contraire la série préfère agrémenter celui-ci de surprises et de moments forts et intenses afin de créer un sentiment de paranoïa ambiant.

 

Irving de son côté ne semble pas être quelqu’un de très fun en dehors du travail. C’est le genre de personne qui semble être plus à l’aise dans un bureau que chez lui. Sa façon d’amener Helly à rejoindre réellement l’équipe et à passer du temps au bureau me plaît. Severance mélange à la fois son angle sévère et terrifiant avec un brin d’humour noir toujours bien dosé. « Perpetuity Room » est aussi l’occasion d’en comprendre un peu plus sur les fondateurs de la société. Il y a des reproductions en cire de tous les CEO (tous les membres de la famille Eagan) et de la propagande corporate qui me satisfait. Cela permet de renforcer le sentiment conspirationniste que la série a déjà installé dans ses deux premiers épisodes. Petit à petit cet épisode nous en révèle un peu plus sur les actions de chacun des personnages et la place qu’il faut attendre d’eux par la suite. Adam Scott est vraiment la meilleure personne que Severance pouvait avoir dans son casting. Si le reste du casting est très bon aussi, Adam Scott est la carte maîtresse. Il est à l’aise avec tout ce qu’il joue et incarne.

 

La société semble mettre vraiment toutes ses pièces dans le panier de Mark. J’espère que quelque chose va expliquer pourquoi Cobel vit à côté de chez lui et pourquoi elle vole ses colis. Severance est fascinante aussi bien dans l’entreprise en elle-même qu’en dehors. La fin de cet épisode suggère aussi pas mal de choses qui vont permettre de voir le danger s’approcher. Tout ce que Mark a c’est le téléphone de Petey et le fait leur boulot implique de tuer des gens et que quelque chose part dans les sous-sol du bâtiment, il y a un département qui n’a pas de seconde partie. Tout le monde est prisonnier dans Severance mais certains plus que d’autres. Hâte de voir la suite.

 

Note : 8/10. En bref, Severance continue de me fasciner et j’ai hâte de voir ce que la suite nous réserve.

Disponible sur Apple TV+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article