Critiques Séries : The Last Days of Ptolemy Grey. Mini-series. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : The Last Days of Ptolemy Grey. Mini-series. Episodes 1 et 2.

The Last Days of Ptolemy Grey // Mini-series. Episodes 1 et 2. Reggie / Robyn.

 

The Last Days of Ptolemy Grey est une très belle série mais ce qu’il y a d’encore plus beau dans cette série c’est la prestation de Samuel L. Jackson. Si ce dernier ne remporte pas un Emmy à la rentrée pour sa prestation je ne comprends plus rien au monde des récompenses. Cela doit probablement être la plus belle performance de l’acteur que j’ai pu voir de toute ma vie. Walter Mosley (Un crime dans la tête, Snowfall) adapte donc ici son propre roman et cela permet de réellement offrir quelque chose de plus percutant aux téléspectateurs. La façon dont Samuel L. Jackson délivre ses lignes est parfaite et il apporte à son jeu une vraie nuance (notamment aussi dans sa façon d’incarner un homme de 91 ans). On sent que l’acteur a travaillé le rôle afin de voir à quoi ressemble la démence. The Last Days of Ptolemy Grey aime mélanger quelque chose de terriblement touchant avec des touches d’humour assez bien disposées tout au long de ces deux épisodes. Tout cela est clairement articulé autour de Samuel L. Jackson qui a probablement été casté avant même que Mosley adapte son roman.

 

Ptolemy Grey, un homme de 91 ans, atteint de démence et abandonné par sa famille et ses amis. Bientôt, un remède miracle lui est proposé. En acceptant, il pourra retrouver brièvement ses souvenirs. Il va utiliser ce précieux et fugace retour de lucidité pour résoudre la mort de son neveu...

 

C’est donc à la fois un drame familial, un thriller médical et une affaire de meurtre mystérieuse. Il y a aussi une façon de dépeindre l’environnement dans lequel vit Ptolemy Grey qui est intéressante et change de ce que l’on voit habituellement. Il y a tellement de choses à raconter que l’on imagine tout de suite que ces deux épisodes (déjà très complets) ont de quoi faire pour le reste de la mini-série. The Last Days of Ptolemy Grey c’est donc avant tout le portrait d’un homme atteint de démence et abandonné par sa propre famille. Le reste du casting est lui aussi suffisamment solide pour soutenir la prestation de Samuel L. Jackson et je trouve ça merveilleux. Je ne m’attendais pas spécialement à être aussi touché par The Last Days of Ptolemy Grey mais cela me rappelle un peu The Father (2020) avec Anthony Hopkins en beaucoup mieux.

 

Le mystère de cette saison est aussi de savoir qui a tué Reggie Lloyd (qui donne son nom à l’épisode). Si la série semble nous révéler quelques petits éléments intéressants dans ces deux épisodes je ne sais pas encore si c’est réellement vrai ou si la série préfère nous envoyer dans des directions différentes pour mieux nous surprendre à la fin. D’un côté The Last Days of Ptolemy Grey est donc une série mystérieuse et de l’autre une série assez triste mais passionnante sur ce que c’est que la démence et la façon dont cela affecte la vie de tous les jours de quelqu’un et en l’occurence ici de Ptolemy Grey. Il y a des flashbacks étranges qui nous laissent avec l’envie d’en découvrir plus des souvenirs de notre héros car il y a forcément plus de choses à en attendre que l’on ne pourrait le penser au premier abord. Je n’ai maintenant qu’une envie : voir la suite.

 

Note : 9/10. En bref, Samuel L. Jackson délivre probablement l’une des plus belles prestations de sa carrière dans un récit palpitant mélangeant intelligemment plein d’ingrédients.

Disponible sur Apple TV+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article