Pivoting (Saison 1, 10 épisodes) : vivre chaque jour comme si c'était le dernier

Pivoting (Saison 1, 10 épisodes) : vivre chaque jour comme si c'était le dernier

Pivoting c’est un peu comme si l’on avait le retour de Happy Endings sans la qualité de Happy Endings. Liz Astrof (2 Broke Girls, Un Gars du Queens) nous offre donc une chronique de trois femmes qui ont les qualités suffisantes pour nous faire rire. C’est d’ailleurs sur ce trio composé de Ginnifer Goodwin, Maggie Q et Eliza Coupe que tout repose. Sans elles la série ne serait pas aussi savoureuse. L’association de ces trois actrices donne à la comédie de quoi nous amuser mais l’écriture est assez inégale et certains personnages n’arrivent pas à être aussi bons que d’autres. En soit, Pivoting est une comédie honorable qui saura faire passer le temps d’un téléspectateur avide de comédies en tout genre. Après la mort d’une de leurs amies, nos trois femmes décident de bousculer leur quotidien afin de profiter de leur vie. Il y a toujours une leçon à apprendre de ce que l’on a pu vivre mais Pivoting n’a pas toujours la chance de trouver les meilleures idées.

 

Dans un sens, Pivoting me rappelle un peu The Unicorn (CBS) une comédie qui mélangeait la mélancolie à quelque chose d’irrévérencieux. Mais malgré une énergie vive dans les premiers épisodes, certains épisodes au milieu de la saison sont tout de suite moins percutants. On sent que Pivoting se cherche aussi tant la ligne entre la mélancolie et l’humour peut parfois être assez fine. Dans un sens, Pivoting fait aussi du bien. Avec la COVID-19 on a appris à vivre notre vie pleinement afin de profiter des instants que l’on n’aura peut-être pas demain. Et la guerre en Ukraine ne fait que renforcer ce sentiment. Ce n’est pas nouveau qu’une comédie parle de profiter de sa vie avant qu’il ne soit trop tard mais cela colle aussi parfaitement avec l’arrivée à la trentaine. Nos héroïnes sont dans leur trentaine et se rendent compte que leur vie bien rangée ne va pas et ne les enchante pas du tout.

 

Au travers d’un angle comique piquant, Pivoting parvient à délivrer des répliques efficaces et intelligentes. La série sait aussi se démarquer malgré ses défauts. Je trouve dommage qu’elle ne se libère pas suffisamment bien par moment et qu’elle s’empêche ainsi d’exploiter son potentiel. Je me demande si cela n’est pas dû au fait que nous sommes sur un network et donc Pivoting aurait peut-être mieux fait d’être proposée sur un service de streaming comme HBO Max où elle aurait pu être plus irrévérencieuse et par la même occasion délirante. Amy, Jodie et Sarah sont les éléments principaux de Pivoting ce qui laisse aussi peu de place aux personnages secondaires. Avec trois héroïnes, les personnages qui gravitent autour d’elles n’ont pas suffisamment de temps pour éclore et devenir eux aussi des personnages importants dans le récit.

 

Les personnages masculins ne sont pas aussi intéressants que les personnages féminins. Bien que Pivoting soit présentée comme une comédie mettant en scène trois femmes, je dois avouer que j’aurais aussi apprécié que les hommes aient une place et pas celle de passe plat. Au final après dix épisodes Pivoting est assez paradoxale. D’un côté elle peut exceller dans la comédie et offrir des situations efficaces mais d’un autre côté ce n’est pas toujours assez bien écrit ou original pour sortir du lot. Je reste donc entre deux chaises, sans trop savoir sur laquelle m’asseoir. Une saison 2 n’est pas de refus (même si compte tenu des audiences cela semble être compliqué).

 

Note : 5/10. En bref, c’est sympathique au mieux mais fainéant par moment.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article