The Fear Index (Mini-series, 4 épisodes) : peur dans la haute finance

The Fear Index (Mini-series, 4 épisodes) : peur dans la haute finance

J’ai toujours eu une prédilection pour les thrillers financiers mais on ne peut pas dire que la dernière incursion européenne du genre était réussie (Devils, avec Patrick Dempsey). The Fear Index est l’adaptation du roman de Robert Harris du même nom, auteur souvent adapté par Roman Polanski (The Ghost Writer, J’accuse). Mais pas de Roman Polanski à l’horizon de The Fear Index puisque c’est Paul Andrew Williams (London to Brighton) qui s’est chargé de cette adaptation. Après les quatre épisodes, on ne peut pas spécialement dire que The Fear Index est la série à laquelle je m’attendais. Je pense que cette adaptation aurait probablement fait plus sensation en film qu’en mini-série. On se retrouve forcément avec tout un tas de séquences qui tirent sur la bobine sans réellement faire avancer le récit. On perd donc à de nombreuses reprises la tension que le récit est sensé installer. C’est donc sur Josh Hartnett, très convaincant, que tout se repose dans cette mini-série.

 

Le fondateur du bureau " Hoffmann Investment Technologies ", un fonds de couverture fictif à Genève, le docteur Alex Hoffmann, a développé une forme révolutionnaire d'intelligence artificielle qui prédit les mouvements sur les marchés financiers avec une précision étonnante. Mais un matin, un individu viole la sécurité élaborée du manoir au bord du lac du docteur. Commence alors pour lui, un cauchemar éveillé !

 

The Fear Index est intrigante au départ. Le premier épisode créé une ambiance paranoïaque intéressante mais c’est seulement dans le troisième épisode que la tension est mise à contribution du récit. Un thriller financier est par définition quelque chose de neuf et de passionnant car cela change complètement des thrillers habituels. La finance est un monde de requin et tous les films parlant de cracks boursiers ou de problèmes au sein de la haute finance m’ont toujours fascinés. Il y a une certaine qualité dans la production avec le décor de Genève et son jet d’eau mais la série a du mal à rester constante dans sa narration. Il y a des moments de tension intéressants et d’autres qui le sont beaucoup moins. Cela rend d’ailleurs le final et son twist assez peu prenant. Disons que c’est assez prévisible depuis le début et qu’il aurait fallu éviter de sortir les gros sabots.

 

En dehors de notre héros Alex Hoffmann, The Fear Index n’offre pas suffisamment de place au reste du casting. Il manque à la série ses personnages secondaires qui sont là pour passer les plats ou faire des révélations faciles pour que l’intrigue avance de façon artificielle. Tous les twists de The Fear Index sont prévisibles et c’est bien embêtant quand la série raconte une histoire qui se repose grandement là dessus. Sky a beau avoir sorti le chéquier pour que la série ait des qualités visuelles grâce à ses décors et son casting mais il n’y a rien de vivant qui sorte du lot. Certains acteurs se retrouvent à surnager dans des rôles qui ne sont pas à la hauteur, ce qui empêche ainsi de s’attacher pleinement à tout le monde. Ce que The Fear Index a réussi à faire c’est me donner envie de lire le roman de Robert Harris qui doit probablement être bien plus palpitant et percutant que ces quatre épisodes.

 

Josh Hartnett est donc l’un des rares éléments intéressants de The Fear Index. Il habite suffisamment bien le personnage pour que l’on apprécie de suivre ses aventures au fil des épisodes. Tout ce que la série fait d’un point de vue purement technologique est là aussi rasoir. C’est tellement superficiel que The Fear Index ne cherche jamais à être aussi intelligente qu’elle ne veut le paraître.

 

Note : 4/10. En bref, si cette mini-série a quelques qualités, le rythme et les développements superficiels des personnages secondaires lui font défaut. Dommage car il y avait une belle opportunité avec le récit de base.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article