WeCrashed (Saison 1, épisodes 1 à 3) : de 47 milliards à la chute inévitable

WeCrashed (Saison 1, épisodes 1 à 3) : de 47 milliards à la chute inévitable

J’ai toujours été fasciné par les fictions sur les start-ups et cela semble devenir une petite mode actuellement dans le monde des séries. Si Showtime a l’histoire de Uber avec Super Pumped: The Battle for Uber, Apple a WeCrashed aka l’histoire de WeWork la société de co-working. WeCrashed est volontairement satirique mais au delà de ça, je trouve que c’est assez léger. Disons que Jared Leto fait du personnage d’Adam Neumann quelqu’un de narcissique et brillant dans la peau du personnage mais le reste manque peut-être de forme. Jared Leto vole la vedette de tout le monde, même Anne Hathaway qui est sympathique et efficace dans son rôle mais ce sont les monologues d’Adam et la musique énergique qui font aussi que la série reste engageante. Les deux premiers épisodes sont d’ailleurs plus efficaces que le troisième. Je préfère largement la façon dont est construite la start-up et l’idée même de WeWork que les errances du troisième épisode, moins efficace et un brin plus ennuyeux. Peut-être aussi car Jared Leto est moins présent que dans les deux précédents.

 

Retour sur l'histoire de la start-Up, WeWork et de son PDG, Adam Neumann. La compagnie était sur le point de faire l'objet d'une introduction en bourse avant de s'écrouler subitement...

 

WeCrashed raconte tout de même comment la société est passée d’une valeur estimée de 47 milliards de dollars à la banqueroute en 2019. Le tout en seulement … six mois. Cette licorne qu’était WeWork promettait de révolutionner le travail et la façon de travailler. Dans un sens l’idée était bonne et WeCrashed tente justement de montrer aussi que derrière Adam il n’y a pas que ce côté narcissique qui veut faire de l’argent. Drew Crevello (The Gruge 2, Bye Bye Love) et Lee Eisenberg (L’an 1, The Office) mélangent donc leurs influences afin de créer une série sympathique mais pas toujours brillante non plus. Les personnages sont assez inégaux. Notamment celle d’Anne Hathaway. Si l’actrice est très convaincante dans son rôle, l’écriture du personnage est assez différente et pas toujours en adéquation avec le reste. WeCrashed devient donc rapidement le show de Jared Leto. C’est la seule chose qui semble possible d’apprécier ici réellement. Les monologues sont servi avec brio et l’acteur se donne à fond dans le rôle.

 

L’histoire en elle-même de WeCrashed prouve aussi être un brin trop fine par moment. Le troisième épisode est le plus faible des trois premiers et c’est bien ce sentiment qui me donne l’impression qu’il aurait peut-être fallu en faire seulement un film et pas une série complète. Je trouve dommage qu’avec les personnalités fortes qu’il y a dans cette histoire il n’y ait finalement pas plus de choses divertissantes. Je m’attendais à ce que l’écriture soit aussi précise que les décors détaillés de la série. On sent que Apple n’a pas peur de dépenser de l’argent afin de faire en sorte que ses séries aient des qualités visuelles et ressemblent au plus près à la réalité du récit (et en l’occurence ici la réalité). Si vous avez envie de voir Jared Leto s’amuser alors WeCrashed vaut réellement le détour, sinon je vous conseille le documentaire sur la société qui est bien plus fun et efficace : WeWork: Or The Making And Breaking Of A $47 Billion Unicorn.

 

Note : 5/10. En bref, si les deux premiers épisodes sont assez engageants et efficaces grâce notamment au talent de Jared Leto, le troisième montre les faiblesses de la série à coeur ouvert…

Disponible sur Apple TV+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article