From (Saison 1, 10 épisodes) : d'ici et d'ailleurs

From (Saison 1, 10 épisodes) : d'ici et d'ailleurs

S’il y a bien une chose que From fait c’est créer un univers qui n’est pas sans faire écho à Lost et la présence d’Harold Perrineau (Lost) dans le rôle principal ne fait que renforcer ce sentiment. Durant dix épisodes, on retrouve tous les codes qui ont fait le succès de Lost mais dans un lieu différent et appliqués dans un univers propre. From est un mélange qui parfois est savoureux, à mi-chemin entre Lost et un roman de Stephen King. Mais le problème de From reste ses personnages, assez fades, qui n’apportent jamais grand chose au récit si ce n’est pour certains un sentiment d’ennui. C’est donc le mystère qui vient donner l’envie au téléspectateur de revenir au fil des épisodes. From est donc une série trop écrite qui se retrouve assez souvent entre deux eaux. Les dialogues sont longs, parfois pesants et pas vraiment passionnants. Il faut dire que les personnages ne sont pas tous très intéressants. Dans un sens, pour tout ce qui est des dialogues la série me rappelle énormément The Walking Dead et ses personnage filiformes qui entrent tous dans des cases.

 

Les personnages ne sont pas vraiment bien développés mais le mystère vient sauver en grande partie l’intérêt de la série. Car pour le coup, en dehors des longueurs inhérentes à une saison de dix épisodes pour une aventure comme celle-ci, ce qui se passe dans cette petite ville est suffisamment intrigant. La tension artificielle que la série tente de créer aurait pu être intéressante si celle-ci avait été maîtrisée mais il n’en est rien. C’est là que la série me rappelle forcément Under the Dome mais pas la version de Stephen King qui est excellente, celle de la série télévisée de CBS qui a duré trois saisons (!). Avec cette galerie de personnages, l’influence de Stephen King se fait ressentir en long et en large mais on sent que les scénaristes ont de la peine à faire durer ce qu’ils tentent de construire. Le mystère initial traine donc souvent la patte dans des sous intrigues médiocres.

 

From a un vrai problème de construction qui donne l’impression à l’issue des dix épisodes que l’histoire n’a pas vraiment avancé. Qui sont les monstres et d’où viennent-ils ? La série ne répond à rien ce qui fait forcément perdre patiente et égraine la curiosité que l’on pouvait avoir au début. On n’apprend pas grand chose sur ce qui se passe dans cette ville. La seule chose qui est développée dans From ce sont les personnages mais la personnalité de chacun d’eux n’est pas spécialement brillante non plus. On sent que les scénaristes sont là pour étaler des dialogues pompeux afin de gagner du temps et espérer être renouvelés pour une saison 2 et ainsi peut-être faire des révélations supplémentaires. Les personnages mettent beaucoup trop de temps à imaginer des scénarios pour sortir de la situation dans laquelle ils sont, rendant le récit souvent moins percutant et surtout très prévisible.

 

Les scénaristes n’apportent donc jamais vraiment de réponses si ce n’est des questions avec l’envie de faire perdurer un mystère qui manque de fondations. From mise tout sur son énigme et c’est bien dommage car avec des personnages plus intéressants, mieux écrits et développés on aurait probablement eu une excellente série. Même si l’on creuse parfois le vécu des personnages et les relations qu’ils entretiennent, je m’attendais tout de même à ce que l’on ait plus d’éléments permettant de comprendre ce qui se passe. Mais il n’en est rien.

 

Note : 4.5/10. En bref, malgré de bonnes idées et un mystère qui rend curieux, From tourne en rond et délivre des dialogues longs et ennuyeux pour remplir les épisodes. Dommage car l’idée de départ a du potentiel.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article