Para//èles (Saison 1, 6 épisodes) : perdus dans le temps

Para//èles (Saison 1, 6 épisodes) : perdus dans le temps

On ne peut pas dire que Disney+ est le nez creux quand il s’agit de produire des séries françaises. Cette nouvelle série fantastique aurait pu être intéressante mais elle sombre rapidement dans les bas fonds de son scénario inutilement complexe. Clairement inspirée par Dark, la série n’en a jamais les qualités. Je dirais même qu’elle a tout ce qui ne va pas. Le casting n’est pas bon et surjoue constamment ce qui n’aide jamais à se prendre au jeu que l’on a sous nos yeux. De ce fait, cela manque cruellement de naturel et on ne s’attache jamais à tous ces personnages aussi médiocres que creux. J’ai été au bout de ces six épisodes et malgré toutes les bonnes idées qu’il y a dans le premier épisode, la série ne suit jamais car il n’y a rien de naturel dans tout ce que font les personnages. Si les chaînes aiment bien depuis ces dernières années refaire des séries à succès des années 80 ou 90, la nouvelle mode des plateformes de streaming est de se copier mutuellement mais sans retrouver l’originalité du produit de départ (en l’occurence ici la série allemande Dark).

 

Les quatre amis, Bilal, Romane, Samuel et Victor, voient leurs vies bouleversées lorsqu’un mystérieux événement les sépare et les propulse dans des dimensions parallèles. Ils vont tout mettre en œuvre pour comprendre ce qui s’est passé et tenter de revenir en arrière, dans leur monde "d'avant".

 

Je comprends que Disney+ ait eu envie d’aller vers une série confortable afin de soutenir son propos mais je suis déçu. Vendue comme le Stranger Things français, Parallèles n’a rien de la série de Netflix. Je dirais même qu’elle échoue sur tous les plans. Notamment d’un point de vue purement fantastique où le récit veut constamment rajouter des couches de complexité à son récit sans les maîtriser. Cela vaut aussi pour les personnages qui sont tous aussi bêtes les uns que les autres. Les acteurs ne croient pas en ce qu’ils jouent ou alors jouent tellement mal que l’on ne s’attache à personne. Sans compter le côté ultra ridicule de certaines choses : la mère de Bilal qui préfère draguer le flic du coin plutôt que de retrouver son fils, les parents qui semblent se moquer complètement de la disparition de leurs enfants, et le manque de surprise lorsque les versions adultes se rencontrent.

 

Au début c’était pourtant prometteur mais Parallèles plonge rapidement dans les problèmes inhérents au genre fantastique quand il n’est pas maîtrisé. Il y a ainsi à l’issue de la saison tellement de questions sans réponses que j’ai du mal à cerner ce qu’il faudrait attendre d’une saison 2 (qui ne verra probablement pas le jour). Disney cherche donc à remplir ses quotas de production sur le sol français et européen mais il faudrait pour cela aussi donner envie aux téléspectateurs de voir leurs productions. La mise en scène n’apporte rien de neuf elle aussi car elle a énormément de mal à créer une ambiance originale et percutante. En somme, après six épisodes, Parallèles est une série indigeste et indigente qui ne mérite pas spécialement d’être vue si vous n’avez pas envie de perdre du temps.

 

Note : 2/10. En bref, une série souvent indigeste qui ne respecte pas ses téléspectateurs malgré un point de départ qui avait un potentiel énorme.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article