Critiques Séries : Sur Ordre de Dieu. Mini-series. Episodes 1 et 2.

Critiques Séries : Sur Ordre de Dieu. Mini-series. Episodes 1 et 2.

Sur Ordre de Dieu // Mini-series. Episodes 1 et 2. When God Was Love / Rightful Place.

 

Under the Banner of Heaven ou Sur Ordre de Dieu en VF est l’adaptation du roman du même nom de Jon Krakauer (datant de 2003). Je ne connais pas le roman mais je sais qu’il ne lésine pas sur les détails les plus terrifiants de son histoire. Dustin Lance Black (Milk) tente de retranscrire le sentiment qui apparaît lors de la lecture du roman en nous plongeant la tête la première dans la vie des Mormons. Si ces deux premiers épisodes de Under the Banner of Heaven ne sont pas toujours parfaits, c’est sur Andrew Garfield (Dans les yeux de Tammy Faye) que repose une grande partie de la série. Sans lui, je pense que Under the Banner of Heaven n’aurait pas du tout la même saveur. Daisy Edgar-Jones apporte aussi quelque chose qui permet de se laisser plonger dans cette histoire sordide. Après deux épisodes, j’ai envie de dire que Under the Banner of Heaven manque cruellement de surprises malgré le côté ultra ambitieux du récit (notamment pour sa dimension religieuse). C’est donc un récit sur la perversion du fondamentalisme religieux, le silence des institutions religieuses qui préfèrent être fières plutôt que dire la vérité ou encore la violence qui règne dans cette congrégation.

 

Juillet 1984. Les habitants d’une petite ville mormone de l’Utah découvrent avec horreur que Brenda Wright Lafferty et son bébé âgé de 15 mois - deux membres d’une influente famille de la communauté de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours à laquelle quasi tous les concitoyens appartiennent - ont été sauvagement assassinés à leur domicile. Pour tenter de trouver le ou les responsables, l’inspecteur Jeb Pyre - un mormon pratiquant – et ses enquêteurs vont devoir pousser leurs investigations jusque dans les collines avoisinantes et démêler l’écheveau d’une bureaucratie mormone bien décidée à leur mettre des bâtons dans les roues. Bientôt, Jeb voit sa foi ébranlée en découvrant de sombres secrets sur l’origine de la théologie qu’il a embrassée et les conséquences funestes que peut entraîner le fondamentalisme religieux.

 

Le roman de 2003 est adapté d’une véritable histoire qui s’est déroulée en 1984 dans l’Utah. Under the Banner of Heaven perd ainsi de son charme car il n’y a pas à questionner le téléspectateur sur le responsable du double homicide de Brenda et Erica mais plutôt des motivations qui ont conduit à ces meurtres. La série tente de raconter le récit à sa façon en s’inspirant de ce qui se fait déjà (Mare of Eastown dans le visuel se ressent clairement). Nous suivons le récit au travers de trois timeline différentes ce qui créé artificiellement une sorte de rythme mais qui ne rend pas la série suffisamment lisible à mes yeux. Ce qu’il y a de moins intéressant dans Under the Banner of Heaven vient probablement de Joseph Smith, l’un des fondateurs du mouvement mormon. Cela sort souvent le récit de ce qu’il a de plus intéressant à offrir. En plus d’être une partie visuellement flinguée donnant l’impression de voir une série au budget de History Channel (et ce n’est pas un compliment), cela n’apporte rien au reste des timeline dépeintes dans Under the Banner of Heaven.

 

Ce sont des distractions sans intérêt alors que le reste de la série tente d’apporter une sorte de propos nuancé sur ce qui se déroule sous nos yeux. C’est dommage car les scènes modernes où les personnages sont tiraillés entre leur foi et leur propre code moral pouvaient suffire mais il fallait que Under the Banner of Heaven ajoute des minutes supplémentaires. Les épisodes sont extrêmement longs (plus d’une heure) et auraient ainsi pu être amputés d’un bon quart d’heure. Peut-être que j’attendais un peu trop de la part d’Under the Banner of Heaven mais la série a tout de même des qualités qui donnent envie de découvrir où elle peut en venir.

 

Note : 5.5/10. En bref, Under the Banner of Heaven méritait peut-être mieux et aurait pu couper au montage les origines des Mormons qui n’apportent rien au reste. Andrew Garfield est excellent.

Disponible sur Disney+ Star

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article