Julia (Saison 1, 8 épisodes) : Bon Appétit !

Julia (Saison 1, 8 épisodes) : Bon Appétit !

La cuisine française est forcément une thématique qui donne faim et qui en plus peut donner lieu à de nombreuses séries tant il y a d’histoires à raconter. Les américains se sont lancés dans l’histoire de Julia Child, l’une des grandes papesses de la cuisine française traditionnelle à la télévision américaine. Sarah Lancashire nous plonge dans son univers tant personnel que professionnel au fil des épisodes et c’est aussi attachant que délicieux. C’est de la nourriture confortable qui rempli l’estomac et la série rempli son rôle. Il y a une certaine forme de « food porn » dans Julia. Il y a près de soixante ans maintenant débutait The French Cook sur la télévision publique à Boston, débutant ainsi la mode des émissions de cuisine. Nous sommes donc à Boston (avec quelques arrêts à San Francisco et New York) et chaque épisode nous offre des saveurs délicates et délicieuses avec un plat emblématique. Daniel Goldfarb (The Marvelous Mrs Maisel) fait ici le portrait d’un mariage heureux : celui de Julia et Paul Child et leur passion partagée pour la cuisine française.

 

Julia ajoute à son récit les débuts du féminisme, les problèmes que peut causer la célébrité et puis tous ces fameux plats que même les français ne mangent presque plus (le coq au vin par exemple). Plutôt que d’intégrer des éléments ridicules dans le récit qui auraient fait de Julia une histoire fictive, les scénaristes préfèrent se concentrer sur les réussites de Julia Child tout en ajoutant des éléments qui vont pimenter son aventure à la télévision. Car si l’on connait le résultat final (son succès), il y a aussi eux quelques bas qui permettent d’apporter un brin d’émotion à l’ensemble. Si au départ Paul n’est pas forcément très content de voir Julia à la télévision, il va rapidement la soutenir. Au départ, Paul voit la télévision comme quelque chose de vulgaire, une phase dans la vie de sa femme qui va rapidement devenir autre chose puisque Julia sera une icône. L’optimisme de Julia est retranscrit à la perfection par Sarah Lancashire. L’actrice est vraiment à l’aise avec son personnage et cela rend le tout encore plus attachant avec cette envie frénétique de revenir chaque semaine découvrir ce que Julia peut encore nous délivrer.

 

Chaque épisode mélange des drames personnels et professionnels avec un angle plus léger et comique. Cela ressemble d’ailleurs parfois à une sorte de sitcom. Ce n’est pas péjoratif car cela fonctionne très bien. L’arc narratif choisi par la série reste assez classique pour le genre : des gens se battent pour être reconnus et connus, tout le monde n’est pas forcément d’accord avec tout ça mais les échecs font aussi les succès. On ne sait pas forcément au final si Julia répond aux questions (est-ce que Julia est une héroïne de la culture américaine ou bien quelqu’un qui a voulu poursuivre son propre rêve américain ?) mais laisse le téléspectateur se faire sa propre opinion. Julia est une personnalité unique en son genre qui a aussi inspiré énormément de femmes aux Etats-Unis. Lancashire porte la série sur ses épaules jusqu’au bout des huit épisodes et donnerait bien envie d’en voir plus si la série décide de porter à la manière d’une série comme The Crown la suite et l’héritage de Julia Child.

 

L’actrice est parfaite dans sa façon de reprendre la voix de Julia Child et tous ses tics physiques qui font aussi sa personnalité si unique. Ce n’est pas la première fois que Julia Child a droit à l’adaptation de son récit sur les écrans. Julie et Julia en 2009 nous plongeait déjà dans l’histoire de cette femme avec Meryl Streep dans le rôle titre. Je préfère largement ce que Julia fait ici, peut-être car avec huit épisodes la série a plus de temps pour nous imprégner à la fois de la cuisine et de la personnalité de son héroïne. D’un point de vue purement visuel, le côté ultra feutré des années 60 n’est pas représenté ici comme dans Mad Men ou d’autres séries se déroulant à cette époque mais c’est une belle réussite sur bien des points. Je ne m’attendais pas du tout à autant aimer Julia mais je suis ravi du résultat.

 

Note : 8.5/10. En bref, Bon Appétit !

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article