Critique Ciné : Adieu Paris (2022)

Critique Ciné : Adieu Paris (2022)

Adieu Paris // De Edouard Baer. Avec Pierre Arditi, Jackie Berroyer et François Damiens.

 

Le vaudeville français est un genre qui n’est pas mort mais qui n’offre plus de grande originalité depuis des années. Adieu Paris regroupe en plus d’une heure et demie tous les défauts d’Edouard Baer (Ouvert la Nuit, Akoibon). J’ai envie de lui pardonner ce film mais c’est au dessus de mes forces. Le scénario est confus, le casting de potes cabotine du début à la fin et la mise en scène n’offre aucune fulgurances et se contente de proposer ce qui a été écrit à l’écran. Adieu Paris n’a pas d’ambition, pas vraiment d’esprit vif qui donne envie de passer un moment délicieux en compagnie de tous ces acteurs qui en d’autres circonstances ont de grandes qualités. Ce déjeuner ne fonctionne pas car il n’y a pas vraiment d’histoire ou de scénario. On se contente de banalités échangées entre deux gens qui ont l’air de passer un bon moment mais qui ne cherchent jamais à intégrer le spectateur au film. Les dialogues sont donc peu inspirés et rien n’est mémorables. Ce n’est pas en discutant de choses qui n’intéressent que ces gens que le film peut faire quoi que ce soit. Je m’attendais à quelque chose de plus flamboyant, plus étonnant, notamment de par les capacités d’Edouard Baer en temps normal.

 

Un vieux bistro parisien au charme éternel. Huit messieurs à table, huit grandes figures. Ils étaient les « rois de Paris »… Des trésors nationaux, des chefs-d'œuvre en péril. Un rituel bien rodé... Un sens de l’humour et de l’autodérision intacts. De la tendresse et de la cruauté. Huit vieux amis qui se détestent et qui s’aiment. Et soudain un intrus...

 

Adieu Paris me fait alors penser à ces repas de famille auxquels on n’a pas du tout envie d’aller et qui s’éternisent. C’est le genre de repas où l’on a notre vieille oncle qui vient nous raconter des histoires qui ne font rire que lui alors un peu aviné. Adieu Paris est un enchaînement de situations et de mots sages mais le déséquilibre du film ne permet pas de partager ce moment avec tous ces acteurs. Le sujet de départ du film a de quoi laisser complètement sur le carreau alors que Adieu Paris avait tellement de choses potentielles à faire. Edouard Baer a perdu ici de sa folie, de son inspiration pour nous offrir une naphtaline qui ne sent pas bon. Certaines scènes donnent l’impression d’être improvisées et bien que cela soit clairement le but, le film accumule les bêtises et ne décolle donc jamais vraiment. Reste alors Benoît Poelvoorde, peut-être le plus intéressant dans cette mixture sans intérêt qui ne mérite pas spécialement d’aller farfouiller dans votre catalogue VOD.

 

Note : 2/10. En bref, des banalités racontées avec des gens avinés dans un bistrot parisien. Il y avait du potentiel mais il n’est jamais exploité.

Sorti le 26 janvier 2022 au cinéma - Disponible en VOD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article