Critique Ciné : Les Crimes du Futur (2022)

Critique Ciné : Les Crimes du Futur (2022)

Les Crimes du Futur // De David Cronenberg. Avec Viggo Mortensen, Léa Seydoux et Kristen Stewart.

 

Avec Les Crimes du Futur, David Cronenberg retrouve ses sujets fétiches et en fabrique une sorte de pot pourri où toutes ses idées se retrouvent assemblées les unes aux autres. Présenté en compétition officielle au Festival de Cannes 2022, Les Crimes du Futur se repose sur un sujet de départ intéressant : l’obsolescence programmée de l’être humain qui dans un souci écologique et de survie doit évoluer et se réinventer. Il y a tout au long du film une quête pour l’immortalité d’un côté et une envie de ne rien changer à son propre corps (c’est ce que Saul Tenser fait en se faisant constamment retirer les nouveaux organes qu’il produit dans la souffrance). Mais malgré toutes les qualités qu’il y a dans le film et un vrai retour au body horror j’ai trouvé le film assez pauvre. Les personnages ne semblent pas avoir de réelles motivations ce qui perd souvent le spectateur au milieu d’un enchaînement de scènes pas toutes percutantes. Notamment dans le body horror qui est presque trop timide à mon goût.

 

Alors que l’espèce humaine s’adapte à un environnement de synthèse, le corps humain est l’objet de transformations et de mutations nouvelles. Avec la complicité de sa partenaire Caprice, Saul Tenser, célèbre artiste performer, met en scène la métamorphose de ses organes dans des spectacles d’avant-garde. Timlin, une enquêtrice du Bureau du Registre National des Organes, suit de près leurs pratiques. C’est alors qu’un groupe mystérieux se manifeste : ils veulent profiter de la notoriété de Saul pour révéler au monde la prochaine étape de l’évolution humaine…

 

Les Crimes du Futur n’est pas sans faire d’échos à la carrière de David Cronenberg. On retrouve un peu de La Mouche mais aussi et surtout ExistenZ, notamment dans l’aspect visuel du film. Sauf que l’on ne peut pas vraiment aller plus loin dans la comparaison des oeuvres tant que s’arrête sur le visuel et pas vraiment sur le propos. Huit ans après son dernier film, Cronenberg s’est donc dit qu’il serait bon de revenir à ses premiers amours, ceux de son cinéma mémorable. Ce que je trouve dommage dans Les Crimes du Futur c’est que tout le décorum sur la chirurgie, le plaisir sexuel par la mutilation, etc cachent un travail assez brouillon de développement des personnages et de l’histoire en elle-même. Le propos du film est alors engoncé dans une mélasse de dialogues pas toujours très percutants et des séquences qui ont du mal à devenir mémorables. Reste probablement la fin, poétique et ambitieuse qui s’avère être l’un des meilleurs éléments résultant de tout le propos du film : l’humain courant à sa perte à vouloir rester comme il est, doit évoluer pour finir par sauver sa peau.

 

Note : 4.5/10. En bref, un retour timide pour Cronenberg.

Sortie le 25 mai 2022 au cinéma

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article