Surviving Summer (Saison 1, 10 épisodes) : dans le spleen de l'été

Surviving Summer (Saison 1, 10 épisodes) : dans le spleen de l'été

Probablement coincée au fond de votre catalogue Netflix, Surviving Summer est une agréable petite série estivale qui en seulement dix épisodes nous fait revivre les séries pour ados de mon adolescence. Les décors sont magnifiques, la bande son est rythmée et les scènes de surf sont toutes très belles ce qui permet tout de suite de se plonger dans le récit sans difficulté. Ajoutons à cela des personnages plutôt attachants malgré le fait qu’il n’y ait pas vraiment d’intrigues alléchantes à se mettre sous la dent. Mais Surviving Summer n’est pas là pour révolutionner quoi que ce soit, juste nous proposer un petit divertissement estival qui se consomme sans difficulté (dix épisodes d’une vingtaine de minutes). Certains personnages (et notamment notre héroïne) ont un peu plus de profondeur. Sky Katz, inconnue au bataille, s’en sort assez bien dans le rôle de Summer Torres notre héroïne exilée en Australie où elle va tomber sous le charme du jeune surfeur blond aux cheveux longs.

 

Renvoyée de l'école et exilée en Australie, une ado new-yorkaise rebelle fait des vagues dans l'entourage proche d'un jeune surfeur, créant la pagaille dans son sillage.

 

Josh Mapleston (Dance Academy, Ready for This) et Joanna Werner (Dance Academy, Secret City) montent donc une série autour de personnages légers et une ambiance de série pour ados estivale qui se laisse porter au gré des vagues. Toutes les intrigues ne sont pas forcément intéressantes ou en tout cas mémorables mais c’est assez rafraichissant et cette ambiance de drama des années 2000 me plaît. On sent que Surviving Summer veut nous faire passer un agréable moment plus que nous raconter quelque chose. C’est donc feel-good à souhait. Tout est rapidement résolu en deux coups de cuillère à pot et aucun enjeu dramatique n’est réellement déprimant. Ce que les créateurs de Surviving Summer ont réellement compris c’est que parfois il n’y a pas besoin de compliquer les choses pour faire une série attachante. On se laisse rapidement happer par les images, par cette ambiance de vacances (encore plus quand on n’est pas parti cet été) ensoleillée qui réchauffe les coeurs.

 

Surviving Summer n’est pas là pour vous offrir quelque chose de nouveau mais vous rappeler tout ce que, si vous avez mon âge, vous avez aimé quand vous étiez adolescents. Le milieu de la saison connaît une sorte de ventre mou et chaque action dramatique de la série est rapidement sauvée (comme dans l’épisode 3 quand notre héroïne a failli se noyer et que cela prend quelques secondes pour résoudre le problème). J’aimerais bien que la série prenne le temps de développer un peu plus son univers et ses personnages si Netflix venait à commander une saison 2. Tout a beau être prévisible, parfois ce côté un peu fade reste séduisant et permet de passer un bon moment car le téléspectateur n’a pas à réfléchir. Surviving Summer ne sera probablement pas faite pour tout le monde. Si vous préférez les divertissements estivaux qui vous font réfléchir un peu trop et qui développent tout leur potentiel alors cette série légère n’est pas faite pour vous. Mais pour tous ceux qui aiment bien cette ambiance je vous invite réellement à vous plonger dans Surviving Summer.

 

Note : 5/10. En bref, une série pour ados qui se laisse porter par la vague et me rappelle les séries de mon adolescence, légère et sans prise de tête dans un décor estival paradisiaque.

Disponible sur Netflix

Netflix n’a pas encore renouvelé Surviving Summer pour une saison 2 à l’heure où j’écris ces lignes.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article