The Essex Serpent (Mini-series, 6 épisodes) : personification de la monstruosité humaine

The Essex Serpent (Mini-series, 6 épisodes) : personification de la monstruosité humaine

Au début de The Essex Serpent, Cora Seaborne (incarnée par Claire Danes - Homeland -) est libérée de son mari violent qui une fois, durant leurs ébats sexuels, l’a marquée au fer rouge dans le cou la laissant avec une cicatrice en forme de S. Sauf que Cora a de la chance : son mari meurt soudainement, apparemment d’un cancer de la gorge, et ce malgré l’intervention d’un jeune médecin brillant : Luke Garrett (incarné par Frank Dillane). Libre, Cora ressent à la fois un soulagement et fait son deuil. Dans un sens, le monstre est mort. Mais dans The Essex Serpent, un tout nouveau monstre naît. « The Essex Serpent » est une légende, une créature mythique, un léviathan qui chasse dans les eaux d’Essex sur les côtes Est d’Angleterre. Si ce fameux monstre a chassé les habitants en 1669, ils ont peur, deux cents ans plus tard, que le monstre revienne. Forcément, étant donné que c’est Cora la petite nouvelle qui débarque à Essex, elle se retrouve accusée de tous les maux du moment.

 

Cora quitte son mari violent et la ville de Londres par la même occasion. Elle s'installe dans le village d'Aldwinter dans l'Essex. Elle découvre qu'il existe une superstition locale selon laquelle une créature mythique connue sous le nom du " serpent de l'Essex ". L'animal serait revenu dans la région...

 

Cora est une londonienne sophistiquée qui aime la science alors que ce petit village isolé du pays est menacé par sa façon de vivre. Tout cela malgré les efforts du vicaire Will Ransome (incarné par Tom Hiddleston - Loki, Thor -). The Essex Serpent, avant d’être une série, est un roman de Sarah Perry adapté ici par Anna Symon (Indian Summers, Mrs Wilson). Lorsque The Essex Serpent se met en marche alors elle nous plonge dans une ambiance poisseuse avec une multitude de possibilités. Puis la série glisse parfois dans des situations moins croyables, moins percutantes et loin du côté fantastique que peut incarner une série comme Outlander. Pour une série qui a envie de mélanger plusieurs éléments, elle trouve un assez bon équilibre entre l’horreur folklorique et la romance entre Cora et Will qui se dessine sans parvenir malgré tout à créer une véritable tension sexuelle. Le casting est donc important dans The Essex Serpent. Claire Danes, qui décroche ici son premier rôle depuis la fin de Homeland, parvient à apporter quelque chose de fort et brutal.

 

A ses côtés, Tom Hiddelston fait plaisir à voir dans des séries d’époque. Je me demande comment cet acteur peut se retrouver coincé chez Marvel (même si j’aime bien Loki). Son talent est clairement gâché par Disney alors que dans The Essex Serpent il parvient à faire une proposition plus intéressante. Il y a quelque chose de charismatique chez cet acteur qui colle parfaitement avec son personnage dans la série. Bien évidemment, le fameux serpent n’est qu’une excuse pour développer les interactions sociales et intellectuelles entre Cora et Will. Cora croit en la science, Will est septique par rapport aux scientifiques et met sa foi entière en Dieu. Si ce n’est pas toujours brillamment écrit, cela a le mérite d’être efficace. Il faut dire que visuellement, The Essex Serpent parvient à recréer cette ambiance d’une autre époque (du XIXe siècle) qui s’avère bien plus séduisante que dans d’autres séries d’époque. Il y a un côté très tasse de thé et petits biscuits quand on regarde cette série. C’est en soi le divertissement d’un dimanche pluvieux qui a ses qualités et sait séduire.

 

La question que pose The Essex Serpent n’est pas vraiment de voir le fameux serpent d’Essex car le monstre est différent. Le monstre est ici personnifié au travers de cette légende mais ce sont les personnages et chaque maux traversé au long de la saison peut être imputé à un monstre. Cette façon de personnifier le monstre au travers de ses personnages et de leur vécu m’a fasciné. C’est une belle métaphore soignée par le récit et ce même si certains moments ne sont pas aussi percutants (la saison connaît un trou d’air dans les épisodes 3 et 4). Mais dans son ensemble, The Essex Serpent est une belle surprise victorienne qui utilise son postulat de départ pour dresser le portrait de personnages qui sont assez forts et attachants pour certains.

 

Note : 6.5/10. En bref, un conte gothique mélangeant horreur folklorique et romance victorienne qui réussi en grande partie grâce à son duo Claire Danes - Tom Hiddleston.

Disponible sur Apple TV+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article