Critiques Séries : The Serpent Queen. Saison 1. Episode 1.

Critiques Séries : The Serpent Queen. Saison 1. Episode 1.

The Serpent Queen // Saison 1. Episode 1. Medici Bitch.

 

« You should know that France is a shit hole »

Avec The Serpent Queen, Justin Haythe (Les noces rebelles, Lone Ranger) adapte le roman « Catherine de Medici : Renaissance Queen of France » de Leonie Frieda. L’histoire des Médicis a toujours fait couler de l’encre mais n’est pas tant adaptée que ça sur le petit ou le grand écran. Pourtant, il y a derrière Catherine de Médicis une partie de l’histoire de France. Dès son introduction, The Serpent Queen nous plonge dans le venin de son titre. On est alors présentés à Rahima, une jeune servante qui va devenir la nouvelle confidente de Catherine (incarnée par Samantha Morton) avant le couronnement de son fils, Charles IX. Cette façon que Catherine a de montrer qu’elle est une femme de pouvoir permet de comprendre aussi vers quoi The Serpent Queen veut nous diriger. Catherine a été une femme importante de la monarchie et une sacrée bitch. D’où le titre de cet épisode qui ne cherche pas à adoucir l’image de Catherine mais bien de montrer la bitch qu’elle était.

 

Considérée comme une immigrante ordinaire, Catherine de Médicis, alors adolescente orpheline, est mariée à la cour française du XVIème siècle pour apporter une fortune en dot et produire de nombreux héritiers. Mais elle va rapidement découvrir que son mari est amoureux d’une femme plus âgée, que sa dot n’est pas payée et qu’elle est dans l’impossibilité de concevoir un enfant. Pourtant, ne comptant que sur son intelligence et sa détermination, elle parvient à maintenir son mariage à flot et à maîtriser, mieux que quiconque, le sport sanguinaire qu’est la monarchie durant 50 ans.

 

A travers des flashbacks, The Serpent Queen nous raconte aussi les souvenirs de Catherine, orpheline, mariée à la cour française par son oncle Pope Clement. Elle a été forcée de se marier au roi Francis, second fils, dans le but de former une alliance entre la France et l’Italie. Liv Hill, qui incarne Catherine adolescente, est elle aussi impressionnante. On sent le côté pervers du personnage et le jeu de l’actrice colle parfaitement à l’image que l’on a de cette femme. Il y a des moments gênants mais qui permettent de voir à quel point cette époque était horrible. Comme lorsque Catherine doit coucher avec son mari devant une assemblée. La séquence me rappelle tout ce que Starz fait en matière de série d’époque et je trouve ça assez fascinant dans son ensemble. Charles Dance est parfait dans le rôle du Pape et le reste du casting est aussi à la hauteur des attentes.

 

Une série comme The Serpent Queen ne pouvait pas se faire sans un casting réussi et pour le coup, tout ce que fait ce premier épisode est en adéquation avec mes attentes et même plus encore. Le ton de ce premier épisode est intense, moderne et en même temps percutant. Catherine commence à apprendre comment fonctionne la politique de la cour française et Liv Hill parvient à offrir une prestation à la fois touchante et forte. J’ai déjà hâte de voir la suite de la saison.

 

Note : 7/10. En bref, une entrée réussie pour The Serpent Queen.

Disponible sur Starzplay

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article