First Kill (Saison 1, 8 épisodes) : amours de vampires

First Kill (Saison 1, 8 épisodes) : amours de vampires

Il y a quelque chose de particulièrement ringard dans First Kill. Cela me rappelle les séries pour ados de WB et MTV dans les années 2000. Sauf que cette ringardise n’est pas une critique, c’est même ce qui m’a poussé à aller au bout de cette saison malgré l’annulation de la série. Il n’y a rien de neuf dans First Kill en dehors du fait que nos deux héroïnes sont amoureuses. C’est un angle intéressant qui casse un peu les codes classiques du genre fantastique sur le petit écran. Les épisodes s’enchaînent sans trop de difficultés et les personnages, bien que très simplistes, s’avèrent être pour beaucoup attachants. Le fait qu’une petite série pour ados un brin ringarde ait des lesbiennes en guise d’héroïne est aussi l’un des trucs qui m’a donné envie de me pencher dessus plus amplement. On ne regarde pas First Kill pour voir un chef d’oeuvre car ce n’est pas le but mais simplement pour suivre des personnages dans une ambiance légère avec un brin de fantastique sur les bords.

 

Afin de prendre pleinement sa place au sein de sa famille de vampires, le temps est venu pour Juliette de faire sa première victime. C'est décidé : sa proie sera Calliope, fraîchement débarquée en ville. Mais Juliette découvre bientôt que Calliope est en réalité une tueuse de vampires...

 

L’histoire de base de First Kill est prévisible et n’est pas nouvelle : une famille de vampires va se retrouver face à une famille de chasseurs. Sauf que twist ! Juliette, la jeune fille de la famille de vampires découvre que celle dont elle est amoureuse, Calliope, est issue de la famille de chasseurs de vampires redoutable. C’est tellement fun et kitch d’un point de vue des intrigues fantastiques que l’on ne voit pas nécessairement passer le temps. La mythologie de la série est aussi simple que toutes ces séries pour ados de WB ou MTV (cela me rappelle le côté ringard mais fun de Teen Wolf par moment) mais c’est justement ce qui fait le succès de First Kill. Dans un sens, First Kill aurait très bien pu être un projet abandonné par ces chaînes dans les années 2000. Il y a une bande son constante qui donne l’impression que des compiles vont être vendues une fois la série terminée et la mise en scène est vraiment datée.

 

Mais malgré tout ce que First Kill a comme défauts, elle parvient à en faire des qualités. Peut-être aussi car cela me rappelle ma propre adolescence. Il n’y a pas besoin de réfléchir beaucoup en se plongeant dans l’histoire de cette série. La saison n’est pas forcément constante non plus. La première partie de la saison est bien plus réussie que la seconde. Ce n’est pas très bien écrit mais c’est tellement fun et divertissant que l’on en vient à oublier tous les défauts de la série. La seconde partie de la saison est bien moins maîtrisée. Cela ressemble par moment trop à une sorte de fan fiction qui ne sait plus sur quel pied danser. Le défaut ici est probablement dû au manque d’idées pour passer la première partie et créer le danger de la seconde. Une fois les enjeux présentés et les personnages développés, First Kill n’a plus autant de matière en stock pour soutenir toute la saison. Dommage que Netflix ait décidé d’annuler First Kill car elle méritait bien de se poursuivre. Les héroïnes sont attachantes et me donnaient envie de revenir.

 

Note : 5.5/10. En bref, une honorable série fantastique me ramenant aux séries MTV des années 2000.

Netflix a annulé First Kill après 1 saison

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article