Critique Ciné : The Infernal Machine (2022, direct to SVOD)

Critique Ciné : The Infernal Machine (2022, direct to SVOD)

The Infernal Machine // De Andrew Hunt. Avec Guy Pearce, Alice Eve et Alex Pettyfer.

 

The Infernal Machine me rappelle tous ces petits films américains qui sortaient directement en DVD et que l’on retrouvait par mégarde sur les rayons des loueurs de DVD. The Infernal Machine n’est pas forcément mauvais en tant que tel, c’est très passable, mais il ne révolutionne jamais rien et a du mal à faire décoller un récit qui avait un peu plus de potentiel. Dans un sens, The Infernal Machine pourrait tout droit sortir des années 90 et être réalisé par Rob Reiner avec un brin de Misery sur les bords. Guy Pearce incarne ici un auteur controversé qui vit reclus de la société. Tout cela va nous emmener à l’introduction d’un fan complètement fou et obsédé par l’auteur. Avec près de deux heures de film, celui-ci se doit de planter rapidement le décor tout en offrant des éléments mystérieux donnant envie de prolonger l’aventure jusqu’au bout. Comme un jeu du chat et de la souris alors que l’auteur est forcé de sortir de son trou pour résoudre les pièces du puzzle.

 

Bruce Cogburn est un auteur controversé qui vit reclus. Bientôt, un fan trouve sa cachette et met fin à sa tranquilité...

 

Forcément, l’auteur aussi ses propres traumatismes qui sont eux aussi liés à son roman. Son roman a d’ailleurs inspiré un homme qui a décidé de prendre une arme et de tirer sur la foule en étant perché en haut d’un mirador. The Infernal Machine tente de confronter le passé de l’auteur avec ce qui se passe actuellement dans sa vie. Si au début le film veut créer une certaine forme de nuance dans son histoire, ce n’est plus du tout le cas une fois passé l’introduction du fan cinglé. The Infernal Machine devient alors un peu trop prévisible et a du mal à remettre des pièces dans la machine pour relancer l’aventure. Fort heureusement pour nous, le casting est bon et parvient à tenir à sa façon une histoire qui n’est pas brillante. Guy Pearce ne peut pas sauver The Infernal Machine de sa médiocrité mais tente de faire de son mieux avec le script qu’il a entre les mains. Alex Pettyfer (qui a bien changé depuis Jump) parvient lui aussi à nous offrir une composition plus sympathique que j’aurais pu l’espérer.

 

Au fond, The Infernal Machine ne renouvelle rien et ne cherche pas à le faire. Cela donne donc un film médiocre qui a quelque chose de sympathique à offrir et en même temps peu de surprises. J’aurais peut-être pu espérer une conclusion moins prévisible, surtout que j’adore les histoires mettant en scène des auteurs qui sont tourmentés.

 

Note : 4.5/10. En bref, un film médiocre qui, malgré un casting réussi, ne parvient jamais à dépasser son côté prévisible.

Sorti le 20 octobre 2022 directement en VOD

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article