Critique Ciné : The Visitor (2022, direct to SVOD)

Critique Ciné : The Visitor (2022, direct to SVOD)

The Visitor // De Justin P. Lange. Avec Finn Jones, Jessica McNamee et Donna Biscoe.

 

Si Blumhouse a réussi à se faire un nom dans le monde des productions horrifiques depuis Get Out, on ne peut pas dire qu’ils aient produit une majorité de bons films. The Visitor, l’un des derniers du nom (produit pour le service de VOD Epix), n’offre pas grand chose à part une énième histoire bâclée qui part d’une bonne idée mais ne sait pas quoi en faire si ce n’est un bordel fantastique sans grande surprise. Le mystère de The Visitor est aussi poussiéreux que la peinture du jumeau de Robert et ne parvient jamais à réellement devenir mémorable. Une fois que l’on a vu The Visitor, on a déjà oublié le film. Justin P. Lange (à qui l’on doit The Dark qui était plutôt correct) ne parvient pas à réitérer et se contente de faire une proposition simple sans grande ambition. Rapidement, The Visitor installe un climat étrange et une certaine forme de tension alors que la communauté de Maia voit Robert comme quelqu’un. Et pas simplement une nouvelle tête. Justin P. Lange reprend alors les classiques de l’horreur traditionnelle sans en faire grand chose de neuf non plus. Si les peintures sont des pièces d’un puzzle bancal, il est facile de voir où tout cela compte nous embarquer.

 

Après la mort de son beau-père, Robert et sa femme Maia quittent Londres pour retourner dans la maison d'enfance de Robert. Dans le grenier, il découvre un portrait qui lui ressemble fortement, il ne tarde pas à découvrir l'identité de ce mystérieux sosie connu sous le nom de visiteur. Partout où va le visiteur, la mort le suit...

 

The Visitor semble vouloir jouer sur plusieurs plans, notamment sur le folklore américain façon The Wicker Man. Sauf que ce n’est jamais assez bien exécuté pour mérite quelconque attention. Finn Jones et Jessica McNamee sont alors coincés dans des va-et-vient narratifs qui tentent de relancer à chaque fois la machine qui s’enraie. Malgré les cauchemars imprimés d’images religieuses de Robert, les éléments horrifiques de The Visitor n’ont rien de brillant. Même les histoires de folklore du coin autour de ces peintures n’offre rien de véritablement palpitant ou des jump-scares qui valent le coup d’oeil. L’horreur biblique peut être une occasion de renouveler le genre mais The Visitor ne sait jamais quoi en faire pour rendre le tout un poil plus mémorable. The Visitor est donc un film d’horreur assez creux, incapable de répondre à ses propres questions sans tomber dans les pièges d’un genre éculé. A la fin tout était tellement prévisible que l’on se demande ce que l’on est venu faire. C’est sans parler de l’utilisation plus que douteuse de Jessica McNamee. C’est dommage de sous exploiter l’actrice qui a un vrai talent alors que Finn Jones et son regard morne tente tout sans parvenir à grand chose pour sortir cette historie de l’eau.

 

Note : 3/10. En bref, un film vite vu et surtout très vite oublié. Rien de neuf et surtout pas d’horreur inventive. Juste du neuf avec du vieux poussiéreux.

Prochainement en France

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article