Critiques Séries : Let the Right One In. Saison 1. Episode 1.

Critiques Séries : Let the Right One In. Saison 1. Episode 1.

Let the Right One In // Saison 1. Episode 1. Anything for Blood.

 

Les américains adorent adapter les histoires qui ont fonctionné à l’étranger. C’est une fois de plus le cas avec Let the Right One In, adaptation en série du roman de John Ajvide Lindqvist (2004) et déjà adapté deux fois. L’excellent film suédois de 2008 (Morse) mérite d’être vu et est même un véritable film classique du genre, bien plus que les prémices de cette série ou de l’adaptation américain de 2010 avec Chloe Grace Moretz. Si l’adaptation américaine de 2010 était inutile (surtout quand l’adaptation suédoise était excellente), cette adaptation en série est purement et simplement gratuite. Comme on pouvait s’y attendre Let the Right One In veut tout engloutir d’un coup et perd en cours de route de ce premier épisode un peu du fil. Disons que l’erreur est surtout de vouloir construire un arc narratif pour toute la saison en noyant les personnages dans une multitude de dialogues pas forcément palpitants.

 

Une fille de 12 ans a vu sa vie changer à jamais 10 ans plus tôt lorsqu'elle a été transformée en vampire. Eleanor mène une vie enfermée, ne pouvant sortir que la nuit, tandis que son père fait de son mieux pour lui fournir la quantité minimale de sang humain dont elle a besoin pour rester en vie.

 

Le film original de 2008 était excellent car il ne cherchait pas à donner un but précis à tous ses personnages. En jouant sur la moralité ambiguë des personnages, Morse savait doser. Andrew Hinderaker (Penny Dreadful, Pure Genius) tente ici de nous plonger un peu plus dans le récit mais en perdant le mordant d’un récit de vampires. Comme le personnage d’Isaiah qui est un peu plus narcissique loin d’être à la hauteur de ce que l’on pourrait attendre. Alors que l’offre de séries de vampires s’est démultipliée ces dernières semaines, Let the Right One In apparaît comme une série de plus sans le petit truc qui lui apporte une vraie originalité. Avec énormément de personnages différents et variés, Let the Right One In ne sait plus trop où donner de la tête. Elle veut nous présenter absolument tout le monde sans avoir d’égard pour son récit de départ et ses enjeux.

 

Comme les séquences fortes du film qui sont ici un condensé de moments plus mornes, moins animés et donc moins mémorables. Les personnages n’ont pas la personnalité du film original et plus l’épisode avance et moins celui-ci n’inspire quoi que ce soit. Dans les films nous étions dans des banlieues alors que dans Let the Right One In nous sommes à New York ce qui forcément joue aussi sur l’impact du récit. Le contexte de Let the Right One In la rend moins importante et les scènes peuvent rapidement devenir redondantes. Si Let the Right One In avait toutes les cartes en main pour devenir la future obsession vampirique du moment, elle finit par devenir tout autre chose et même à m’ennuyer un peu. C’est certes plutôt joli mais pas brillant.

 

Note : 4.5/10. En bref, une introduction longue et lourde pour si peu. Dommage car le film suédois original est vraiment excellent. D’autres séries horrifiques (ou du genre des vampires) sont bien plus ambitieuses actuellement sur le petit écran.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article