Critiques Séries : She-Hulk: Attorney at Law. Saison 1. Episode 8.

Critiques Séries : She-Hulk: Attorney at Law. Saison 1. Episode 8.

She-Hulk: Attorney at Law // Saison 1. Episode 8. Ribbit and Rip It.

 

Après une apparition dans Spiderman, Daredevil revient officiellement grâce à son apparition dans cet épisode. Charlie Cox continue d’être ce héros qui nous avait été introduit dans la série du même nom sur Netflix il y a quelques années. Ce que j’apprécie avec cet épisode de She-Hulk: Attorney at Law c’est que la série abandonne toutes les intrigues secondaires qui viennent souvent alourdir inutilement le tout. L’affaire de la semaine est celle de Leapfrog, un héros qui tente de mettre des bonnes fessées à des couleurs de téléviseurs. Il se trouve que Leapfrog est Eugene Patilio, un très bon client du cabinet. Et celui qui a fabriqué son costume et contre qui il veut porter plainte se trouve être le tailleur de… Jennifer/She Hulk. Qui mieux que Daredevil pouvait incarner l’avocat de Luke Jacobson (surtout après que l’on ait vu le masque de Daredevil il y a deux épisodes de ça dans ses affaires). She-Hulk: Attorney at Law démontre avec cet épisode que tout ce qu’elle a construit au fil des épisodes n’est pas vain.

 

C’est dans ce genre de situations que She-Hulk: Attorney at Law est intéressante. La série reprend des éléments vus précédemment et les assemble avec des nouveaux afin de créer une toute nouvelle intrigue. Le conflit d’intérêt de Jen est amusant mais c’est avant tout sur la relation entre Jen et Matt Murdock que l’on se concentre. Si les deux finissent au lit, ce n’est pas forcément ce que j’ai préféré. J’ai bien aimé leurs échanges légers qui permettent aussi à She-Hulk: Attorney at Law de sortir un peu de sa propre mécanique. Matt dit même quelque chose d’intéressant qui pourrait permettre à Jen/She Hulk de réellement évoluer : « Jen Walters can use the law when society fails. And She-Hulk can help people when the law fails. » Il n’a pas tord car c’est aussi le but des super-héros, d’être là quand la justice ne peut pas être là. Et c’est aussi la perception de Daredevil.

 

Cet épisode symbolise tout ce que j’aime dans She-Hulk: Attorney at Law. Même l’utilisation du fameux quatrième mur est ici excellente pour mieux nous introduire le prochain (et dernier) épisode de la saison. La perspective de voir Jennifer être jugée elle aussi (et probablement être représentée par Matt Murdock) me plaît (à moins que Daredevil soit absent du prochain épisode). En tout cas She-Hulk: Attorney at Law semble ici avoir trouvé la bonne mécanique, celle qui permet de s’amuser et de trouver aussi ce que l’on vient chercher dans une série Marvel en termes d’action. La bonne utilisation des personnages sans les éparpiller dans tout un tas d’intrigues permet donc de nous offrir un spectacle qui vaut la peine d’être vu.

 

Note : 8/10. En bref, voilà ce que j’ai envie de voir plus souvent dans She-Hulk: Attorney at Law : une affaire, des développements personnels pour notre héroïne et un ensemble qui fonctionne.

Disponible sur Disney+

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article