Miskina, la pauvre (Saison 1, 8 épisodes) : fade aventure culturelle

Miskina, la pauvre (Saison 1, 8 épisodes) : fade aventure culturelle

Melha Bedia, que les spectateurs d’Amazon Prime Video connaissent déjà pour son rôle dans le très mauvais film Forte, co-créée, co-réalise et incarne l’héroïne de Miskina, une série semi-autobiographique. Véritable succès de Prime Video (numéro un sur la plateforme), Miskina a tout de même des défauts. Un peu comme tous les rôles de Melha Bedia. L’actrice ne brille pas forcément. Ce n’est pas la première fois qu’elle a du mal à être bonne actrice alors que sur scène c’est une femme qui a une présence étonnante. Le plus gros défaut de Miskina est de ne jamais aller au coeur de ses propres sujets et de ne faire que les effleurer. La sexualité, la spiritualité, le corps, etc rien n’est véritablement creusé malgré le potentiel plus qu’intéressant de tous ces sujets. Et pour combler ce vide, Miskina préfère donc la vanne facile à quelque chose de plus travaillé. L’idée que toutes les vannes soient aussi prévisibles ne permet pas de se prendre totalement au jeu.

 

Miskina c'est l'histoire de Fara, 30 ans. Sans appart, sans boulot, sans mec, mais avec une forte myopie. Quand ta grand-mère, ta mère et ta sœur sont sur tes côtes H24, c’est qu’il est temps de se réveiller et de faire des choix. Entre son meilleur pote qui est peut-être l’homme de sa vie et ce nouveau gars un peu perché qui tombe amoureux d’elle. Entre ménager sa mère encore bloquée sur le passé et renouer les liens avec son père. Entre se voiler constamment la face et enfin affronter la vérité. Lorsque la vie ne cesse de vous mettre des claques, il faut se prendre en main et arrêter d’être une « miskina ».

 

Miskina aurait peut-être dû se concentrer sur moins de sujets divers afin de ne prendre qu’un seul sujet. A vouloir parler de tout, Miskina finit par ne pas raconter grand chose. Ce n’est pas forcément aidé par la mise en scène sacrément fade, tellement plate que beaucoup de scènes passent à la trape. Le côté approximatif de certains moments, manquant de profondeur, ne permettent pas spécialement d’être touchés non plus. Notamment par la foi de notre héroïne qui aurait pu justement transcender son propre sujet et aller au delà des carcans habituels. La spiritualité est un sujet complexe et la série ne l’exploite pas à sa juste valeur. Miskina a donc tout un tas d’ambitions mais à trop en vouloir, la gourmandise peut parfois être du gâchis. Miskina a tout de même des qualités et notamment dans le précepte de départ. C’est une série facile, trop facile, mais qui a le mérite malgré tout de donner envie d’aller au bout de son histoire (et de donner envie de voir une saison 2).

 

Melha Bedia a du mal à incarner son personnage. Certes inspiré de sa propre expérience, son personnage ne décolle pas toujours. Notamment car l’actrice n’est pas forcément à l’aise avec l’exercice d’actrice. Je suis persuadé que Miskina aurait été bien meilleure avec quelqu’un d’autre dans la peau de son personnage. Ce personnage haut en couleurs a tellement de potentiel qui reste sous exploité que le résultat n’est pas forcément ce à quoi je m’attendais. L’écriture reste parfois approximative, laissant donc sur le bord de la route quelques blagues qui auraient pu être étonnantes. Miskina a donc un vrai potentiel inexploité, caché derrière une misère visuelle et un casting pas toujours à la hauteur. Je me réjouissais de voir une série française un peu fleur bleue qui ose des questions intéressantes notamment sur la société et sur la perception de la foi mais c’est bien trop poussif pour faire son effet, bourré de clichés (notamment sur l’islam) que l’on ne va pas faire évoluer la société avec ça. On est loin de la promesse de départ, celle du métissage culturel qui sait se moquer de tout. Trop sage pour être impertinente, trop gondolée pour être drôle.

 

Note : 4.5/10. En bref, si Miskina a de bons moments à vous faire passer ce n’est pas vraiment grâce à son héroïne mal incarnée mais plutôt par tous les personnages qui gravitent autour d’elle et qui sont pour le coup le soleil de la série. L’humour est souvent à la peine, cachant un propos brossé en surface et jamais vraiment creusé.

Disponible sur Amazon Prime Video

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

delromainzika

Retrouvez sur mon blog des critiques de cinéma et de séries télé du monde entier tous les jours
Voir le profil de delromainzika sur le portail Overblog

Commenter cet article

K
Un vrai coup de coeur pour ma part, je n'ai pas trouvé la série si "facile" et plein de ficelles narratives légères et de registres différents sont au service d'un vrai message de fond sur comment trouver sa place dans sa famille notamment.
Répondre